L'accession en D1 acquise, Tubize doit désormais s'activer dans de nombreux domaines pour tenter de faire honneur à son nouveau rang la saison prochaine, au sein d'un championnat qui devrait condamner quatre formations à la relégation. Le club, qui faisait déjà figure de "Petit Poucet" face à certaines équipes de l'antichambre de l'élite, n'a que quelques mois pour se mettre aux normes de la D1.

Les infrastructures ne devraient pas constituer le plus gros souci. Le dossier pour l'érection d'une nouvelle tribune assise de 3 000 places derrière un des buts du stade Leburton a été rentré de longue date. Ces travaux devraient être terminés pour la date limite du 15 octobre. Le budget devra, lui, quadrupler ou quintupler, aidé par la manne des droits télés et l'arrivée souhaitée de sponsors à vocation nationale.

Sur le plan sportif, la question du moment est le nom du coach pour la "première" du club en D1 ? Philippe Saint-Jean, qui jouit d'un contrat à durée indéterminée à Tubize, sera-t-il encore là ? Hier, chacune des deux parties tenait des propos très modérés à ce sujet, histoire de ne pas mettre (encore) de l'huile sur le feu. "La réalité est que le coach de l'AFC Tubize est, pour l'instant, Philippe Saint-Jean, explique Louis Derwa. S'il désire partir, cela est son choix. Ce devrait alors être sous forme de démission. Le club n'a, en tout cas, pas du tout l'intention de l'éjecter dans l'état actuel des choses. S'il le veut toujours, il sera sur le banc ce jeudi pour notre dernière sortie face à OH Louvain, qui doit être une grande fête. Et rien ne dit qu'il ne sera plus notre entraîneur à la reprise."

Dire que tout va bien entre Tubize et son entraîneur ne serait cependant pas correct. Les deux parties ne sont plus, depuis longtemps, sur la même longueur d'ondes. Philippe Saint-Jean regrette amèrement les départs, entre autres, de Christophe Lepoint et de David Vandenbroeck, déjà actés en cours de saison. Pour rester à Tubize, il pose la condition que le club adhère au projet qu'il lui a soumis. "Au comité désormais de dire si c'est oui ou si c'est non. Mais je veux avant tout éviter le bras de fer. Si je devais finalement m'en aller, je souhaiterais que tout se termine bien."

Quant à l'effectif, il reste, là aussi, beaucoup de boulot. Pour l'instant, Tubize a fait venir Jonckheere (Brussels), Pinelli (libre) et Pintus (Gilly). Du noyau actuel, seuls les Gailly, Remy, Neels et Santos de Matos sont certains de rester. Brouckaert, Diafutua et Lambot sont encore sous contrat mais celui-ci devrait être revu vu la montée en D1.