Tout défenseur, ou même suiveur, du football belge connaît le jeu de tête d’Igor De Camargo. A ce sujet, les Mouscronnois ont connu quelques absences coupables samedi soir. "Avec mon jeu aérien, je me dois de faire la différence. D’ailleurs, samedi, si j’ai perdu un duel dans ce secteur, c’est beaucoup."

Déplacé à une position plus offensive, Igor a gommé l’absence de Mbokani. "Jusqu’à présent, mon rôle consistait à dominer défensivement le milieu de terrain et à amorcer l’offensive. Contre Mouscron, vous avez vu un Igor libéré d’une partie de sa mission défensive. Ce qui m’a permis d’avoir une fraîcheur supérieure devant le but."

Est-ce là un message envoyé à l’entraîneur. "Je sais que je peux encore franchir un palier, me perfectionner et être plus réaliste. Au coach d’évaluer la place où je suis le plus percutant. Interprétez mes paroles comme vous le désirez."

La visite au Partizan peut maintenant être abordée. "Je ne peux vous certifier un De Camargo aussi percutant jeudi à Belgrade. Pourquoi? D’une part, car nous jouons une joute européenne hors de nos bases. D’autre part, nous serons confrontés à une formation qui veut se rebiffer chez elle."

Néanmoins, l’avant demeure optimiste. "Nous voulons poursuivre notre chemin en Europe. Afin de nous ouvrir les portes du tour suivant, nous devrons afficher un état d’esprit agressif comme celui développé par la Sampdoria lors de sons succès à Belgrade."