© EPA

Football

L’Europe sous la coupe du Barça

F.M.

Publié le - Mis à jour le

| 2 | 0 |

Barcelone a détrôné hier Manchester United. Les Catalans ont en effet remporté leur 3e Ligue des Champions. Et personne n’y trouvera à redire tant les "Blaugrana s" ont fait preuve d’une technicité, d’une maîtrise et d’un réalisme hors norme.

Si Manchester se portait directement vers l’avant, Cristiano Ronaldo se signalant sur un coup franc dangereux à la deuxième minute et un tir des 35 mètres frôlant le but de Valdès, c’est le réalisme espagnol qui a parlé. Ainsi, sur leur première action de la soirée, dans un stade Olympique bondé et bruyant, les Catalans ont ouvert le score.

A la 10e, donc, Iniesta s’infiltrait dans la moitié de terrain anglaise et servit Eto’o. Ce dernier se débarrassa de Vidic et ajusta Van der Sar d’un " pointu" du meilleur effet. Ce qui eut le malheur de perturber les Anglais, groggys, pendant quelques minutes avant qu’ils n’équilibrent les échanges, Cristiano Ronaldo répondant à un essai de Lionel Messi.

Sûrs de leur fait et pressant les Anglais très haut sur le terrain, les Mancuniens vivaient une fin de première période tranquille, Rooney et Park se montrant peu à leur avantage. Les Espagnols, bien en place, pouvaient se permettre de gérer et de tenter de temps en temps leur chance, grâce à leur faculté d’accélération, sans grand danger toutefois.

Remarquant les difficultés offensives de son équipe, Ferguson introduisait Tevez à la pause, en lieu et place d’Anderson. Mais les Catalans étaient toujours les plus dangereux. Henry, après un effort personnel, butait sur Van der Sar au lieu de se montrer plus collectif. Peu après, "MU" faillit se retrouver K.-O. mais le coup franc de Xavi échouait sur le poteau de Van der Sar.

Il fallait attendre l’heure de jeu pour voir les Anglais plus incisifs. Mais l’introduction de Berbatov provoquait des flottements défensifs à "MU". Si les hommes de Ferguson faisaient mine de revenir dans la rencontre, Messi permit aux siens de doubler leur avantage grâce à un coup de tête consécutif à un centre de Xavi, son neuvième but de la campagne européenne, lui permettant d’asseoir son titre de meilleur buteur. Et Puyol ainsi qu’Iniesta faillirent encore aggraver le score.

Même si Manchester United, trop désordonné, jetait ses dernières forces dans la bataille, le Barça tenait bon et réalisait le triplé championnat-Coupe d’Espagne et Ligue des Champions.

A lire également

Facebook

Cover-PM

cover-ci

Immobilier pour vous