Quel sera l'impact, physique et mental, des efforts consentis à la mi-semaine par nos ambassadeurs européens sur leurs prestations en championnat? La question, récurrente à six reprises au moins, se posera peut-être avec une acuité accrue au fil de la compétition. Parfois insidieux, le phénomène de décompression exercera-t-il déjà ses effets ce week-end sur Anderlecht et sur le Club Bruges, qui se produiront en déplacement? Bien que dépouillé du folklore d'antan, qui le colorait agréablement, le derby de Bruxelles devrait, une fois de plus, sourire à ce Sporting, enfin mature en Coupe d'Europe, que la défaillance inattendue du Standard a relancé à la première place du classement. Le Brussels a réussi son départ mais il n'a pas pu confirmer sa rassurante entrée en matière. Il est, avec le décevant RC Genk, une des quatre formations à ne pas encore s'être imposée à domicile. Il est aussi la mieux classée d'entre elles. Le Brussels n'a rien à perdre, Anderlecht ne peut rien perdre. Bayern Munich inclus, le Club Bruges se prépare à négocier trois déplacements de rang dont la difficulté va aller crescendo. Revenu sur les talons du leader, il doit, pour préserver une sérénité interne quelque peu ébranlée, peut-être, par l'intention avouée de Butina de chercher un nouvel employeur parce que le Club ne lui propose, dans un premier temps, qu'une prolongation de contrat d'un an, s'imposer au Freethiel face aux tombeurs du Standard et remporter ainsi son premier succès en déplacement. Le Standard demeure décidément un géant aux pieds d'argile. Il reste versatile et donc vulnérable. Comme Beveren à Sclessin, le Cercle Bruges, impatient de se débarrasser d'une lanterne rouge qui devient encombrante, s'érige en bête noire du Standard au Jan Breydelstadion. Mais le Cercle est aussi la seule formation à avoir fait buisson creux à domicile. A l'instar de Zulte-Waregem, en déplacement intéressant à Genk, le Standard a engrangé le maximum de points en déplacement. Il peut confirmer cette invulnérabilité. Charleroi, au Lisp, entend l'imiter. La Louvière, elle, ne peut revenir bredouille du Kiel...

© La Libre Belgique 2005