Sous une pluie battante, l'attaquant, entré en jeu au début de la seconde période la place du Brésilien Cesar (51), a ouvert le score d'une frappe croisée à ras de terre (62) avant de doubler la mise d'une reprise de volée suite à un centre de Maicon (79).

Touché à un genou, le Suédois n'avait pourtant plus joué depuis le 29 mars. Il s'agit du 16e titre pour le club milanais, qui fêtait ses 100 ans en 2008, et le 3e consécutif (le scudetto 2006 a été attribué suite au déclassement de la Juve et de l'AC Milan impliqués dans le scandale des matches truqués). Ce titre ponctue une saison au cours de laquelle l'Inter a pris seule la tête lors de la 6e journée, fin septembre, sans plus jamais l'abandonner ensuite.

Mais, moins rayonnante que la saison passée où elle avait été sacrée à cinq journées de la fin, l'équipe lombarde a beaucoup souffert pour accrocher son 16e scudetto.

Si elle n'a concédé que trois défaites en 38 matches, elle a dû attendre l'ultime journée pour être sacrée, tout à la fois parce que la Roma ne lui a pas laissé de répit, revenant à un point après la 37e journée, et parce que la pression lui a fait commettre des erreurs (2-2 à domicile contre Sienne à l'avant-dernière journée après avoir mené deux fois au score) avant qu'elle ne s'impose finalement à Parme. Massimo Moratti, le président de l'Inter, a déclaré qu'il était "vraiment heureux, les garçons ont remporté un championnat vraiment difficile. Et cela malgré le fait que toute l'Italie était contre nous, ce qui nous rend encore plus fiers. L'équipe a été formidable, (l'entraîneur Roberto) Mancini lui a donné les clés pour gagner".

Pour Dejan Stankovic "cela a été dur, surtout au cours du dernier mois et demi. Ils peuvent dire tous ce qu'ils veulent ou inventer n'importe quoi, nous sommes les plus forts. J'adresse mes compliments à la Roma, qui a joué une football spectaculaire et qui y a cru jusqu'à la fin. Mais ce n'est pas un hasard si l'Inter est en tête depuis deux ans. Et puis c'est plus beau de vaincre à la dernière journée, avec ce temps, contre une équipe de Parme qui cherchait à sauver sa place en Serie A".

L'AS Roma, de son côté, n'a pas grand chose à regretter. Distancée de 11 points à la mi-février, elle a su revenir et mettre jusqu'au bout la pression sur son rival.

Elle a conclu son championnat en faisant match nul à Catane (1-1).

L'équipe romaine aura toutefois l'occasion de prendre une petite revanche dès samedi au stade Olympique de Rome, où elle affrontera l'Inter en finale de la Coupe d'Italie pour la 4e année consécutive.