"Le verdict de la FIFA est injuste. Avec une équipe d'experts, nous utiliserons tous les moyens légaux possibles pour prouver que nous avons raison devant le TAS", a déclaré Massud Soltanifar, le ministre iranien des sports, à l'agence de presse locale Isna mercredi.Le jugement de la FIFA a suscité de vives critiques dans les médias sportifs iraniens qui considèrent que 6 millions d'euros sont exagérés pour une demi-année de travail.

Pendant sa période à la tête de la sélection, Wilmots a dirigé l'équipe nationale iranienne lors de 6 matches dont quatre de qualification en vue du Mondial 2022, et les deux derniers ont été perdus contre le Bahreïn (1-0) et l'Irak (2-1).

L'ancien entraîneur des Diables Rouges, âgé de 51 ans, avait signé un contrat le 20 mai 2019 pour mener l'Iran à la Coupe du monde au Qatar. Le 4 décembre, cependant, la coopération a pris fin parce que "la fédération iranienne n'a pas respecté ses obligations contractuelles" selon Wilmots.

Depuis son départ d'Iran, Marc Wilmots n'a plus entraîné.