Rififi au sein de l'Union belge, dont le président De Keersmaecker et le procureur fédéral Verstringhe envisagent d'interjeter appel de la décision prise par... la commission de contrôle de la fédération dans l'affaire Zehun Ye, concernant, on le sait, des matchs présumés truqués du championnat belge.

Mardi soir, la commission de contrôle a décidé de suspendre sine die ses travaux. Elle instruit le dossier depuis des mois mais une récente décision prise, en référé, par la cour d'appel de Bruxelles lui a singulièrement compliqué la tâche. La cour avait estimé que la procédure disciplinaire engagée par l'Union belge contre les ex-joueurs du Lierse Marius Mitu, Laurent Fassotte et Igor Nikolovski, soupçonnés d'avoir trempé dans l'affaire des matches truqués, était contraire à leur droit à exercer leur profession et portait illégitimement atteinte à leur droit à un procès équitable, violant ainsi l'article 6 de la Convention européenne des droits de l'homme.

A la suite de cet arrêt, la commission de contrôle, qui gère les dossiers de plusieurs autres joueurs, avait demandé à ces derniers s'ils entendaient se conformer aux règlements de l'Union belge (le parquet fédéral a requis des peines allant de six mois à trois ans de suspension) ou si, se rangeant derrière l'arrêt Mitu, ils entendaient ne plus comparaître tant qu'un arrêt au fond n'aurait pas été rendu par la cour d'appel de Bruxelles.

Les avis étaient à ce point partagés que la commission n'a pas voulu scinder les dossiers et a décidé de suspendre ses travaux. Ce qui n'a pas plu en haut lieu.

Mercredi, on a par ailleurs appris que les avocats de Wagneau Eloi ont obtenu le renvoi au rôle du dossier concernant leur client. Me Luc Misson entendait faire enjoindre à l'Union belge de cesser toute poursuite disciplinaire contre Eloi, suspendu jusqu'au 30 juin 2007 pour avoir levé le pied lors de la rencontre Lierse-La Louvière (7-0), en mai 2005. Cette suspension avait été annulée. Mardi, le comité d'appel de l'Union belge a sanctionné d'un an de suspension avec sursis complet Eloi, Van Handenhove, Montoya et Espartero.

Pour Me Misson, l'action en référé ne se justifiait plus, par défaut d'urgence, puisqu'Eloi peut continuer à jouer. L'avocat estime que l'Union belge "a battu en retraite". Mais il ne la lâchera pas. Selon lui, la décision de mardi est incohérente. "Aussi, même si mon client peut continuer à jouer, j'envisage d'attaquer l'Union belge en dommages et intérêts."

Pendant ce temps-là, l'arrêt Mitu inspire d'autres sportifs, comme Djibril Penge, joueur de Liedekerke, suspendu deux ans par le comité provincial du Brabant, qui entend faire annuler cette sanction.

© La Libre Belgique 2007