Les bureaux de l'Union belge de football (URBSFA) ont été perquisitionnés vendredi matin dans le cadre de l'enquête ouverte à la suite des déclarations du mois de septembre du président du Standard, Bruno Venanzi, rapportent les titres Sudpresse samedi. 

Le président des Rouches avait déclaré à la radio que, au cours de la saison passée, un joueur avait payé un entraîneur pour se voir accorder quelques minutes de jeu en match officiel.

A la suite de ces déclarations qui avaient suscité un tollé, Bruno Venanzi avait déposé plainte contre X pour corruption. Le dossier a été pris en charge par le juge d'instruction Frédéric Frenay. Le parquet fédéral de l'Union belge avait également ouvert une enquête à ce sujet mais l'a refermée dès le 27 octobre. La justice liégeoise n'en est par contre pas restée là. Une perquisition a ainsi été effectuée vendredi matin dans les murs de la maison de verre. Les enquêteurs sont repartis avec les dossiers qu'ils étaient venus chercher mais aucun matériel informatique n'a été saisi, précise Sudpresse. (Belga)