Signe du destin ou simple hasard ? La dernière fois que les Diables étaient passés au travers lors de leur premier match d'un grand tournoi, c'était en... 1986.

Si les choses sont mal embarquées et qu'il n'est jamais agréable de mordre la poussière lors d'une compétition internationale, ne paniquons pas (encore). Après la gifle italienne, les Diables pourront, et devront, se racheter une conduite contre l'Irlande et la Suède.

Le moins que l'on puisse écrire, c'est que cette situation de faire la course derrière dès le premier match est plutôt inhabituelle pour des Diables qui se loupent rarement lors de leur match inaugural en grand tournoi, que ce soit lors du Mondial ou, quand ils sont qualifiés, lors de l'Euro. La dernière fois, c'était en... 1986 !

Retour en arrière...

Brésil 2014

Longtemps menés au score par l'Algérie, les Diables finissent par réagir lors de ce qui deviendra le dernier quart d'heure magique pour eux. Fellaini place sa chevelure avant que Dries Mertens, monté au jeu, n'envoie le ballon dans la lucarne de Raïs M'Bolhi. La Belgique s'impose dans la douleur, gagnera ses trois matches de poule et se fera sortir en quarts de finale par l'Argentine.


Japon/Corée du Sud 2002

Au Pays du Soleil Levant, la Belgique joue d'entrée un des deux pays organisateurs, le Japon. Marc Wilmots ouvre le score d'un retourné acrobatique avant que le Japon n'égalise et ne passe devant via Suzuki et Inamoto. A 15 minutes de la fin de la rencontre, Peter van der Heyden, le latéral gauche du Club de Bruges, lobe magnifiquement le gardien nippon pour gratter un point. La Belgique enchaînera avec un second match nul contre la Tunisie, battra la Russie et se fera sortir par le Brésil, futur champion du monde.



Euro 2000

Coorganisatrice de la compétition, la Belgique entame les débats contre la Suède. Malgré une énorme floche de Filip De Wilde, les Diables rouges s'imposent, via des réalisations de Bart Goor et d'Emile Mpenza. La suite sera moins heureuse: défaites contre l'Italie et la Turquie, et fin de l'aventure ! Le cadet des frères Mpenza reste, à ce jour, le dernier belge à avoir scoré lors de la phase finale d'un Euro !


France 1998

La Belgique commence la compétition par un énorme morceau, puisque ce sont nos voisins néerlandais qui se présentent face aux Diables sur la pelouse. Inséparables depuis quelques années, les deux adversaires se connaissent par cœur. La tactique mise en place par Georges Leekens sera simple et limpide, à défaut d'être funcky: bétonner, bétonner ou encore bétonner. A la surprise générale, elle se révélera payante puisque les Belges, aidés par la Comedia dell'arte de Lorenzo Staelens après une bisbrouille avec Patrick Kluivert, rougi pour l'occasion, tiendra le nul vierge. La suite ? Deux nuls, contre le Mexique (un match que les Diables devaient toujours gagner) et contre la Corée du Sud, et la Belgique ne voit pas les huitièmes de finale.



USA 1994

Dans la fournaise d'Orlando, les Diables rencontrent le Maroc. Un seul but sera inscrit lors de cette rencontre, et il le sera par Marc Degryse. Dans les cages des Diables, un certain Michel Preud'homme multipliera les exploits tout au long du tournoi. La Belgique battra ensuite les Pays-Bas et chutera contre l'Arabie Saoudite, jouant du coup l'Allemagne en huitièmes de finale. Là aussi, la suite est malheureusement connue...



Italie 1990

A Vérone, les Diables ne ratent pas leurs galantes retrouvailles avec la Coupe du monde. Contre la Corée du Sud, la Belgique assure l'essentiel. Degryse et Michel De Wolf plantent deux roses suffisantes pour l'emporter. Le but de Michel De Wolf est d'ailleurs un petit bijou. La Belgique terminera deuxième du groupe, après un succès contre l'Uruguay et une défaite contre l'Espagne. En huitièmes, un certain David Platt...


Mexique 1986

Difficile entrée en matière pour les Diables qui rencontrent le pays organisateur dans un énorme stade Azteca garni de plus de 100.000 spectateurs bouillants. Les Mexicains scorent deux fois, notamment via leur star Sanchez, avant que Vandenbergh ne réduise l'écart. Battus, les Diables réagiront contre l'Irak (2-1) avant de partager l'enjeu contre le Paraguay. La suite reste encore à ce jour la plus folle épopée de notre équipe nationale. Troisième de son groupe, la Belgique se farcit l'URSS qu'elle sort aux prolongations avant d'éliminer la Roja espagnole aux tirs au but... et de s'incliner devant Diego Maradona en demi-finale.



Bonus: Mondial 1982

Les Diables foulent le célèbre Camp Nou de Barcelone pour affronter les champions du monde argentins. A la surprise générale, les hommes de Guy Thys parviennent à repartir avec les trois points grâce à une réalisation de Vandenbergh. Ils seront éliminés au second tour.