ENVOYÉ SPÉCIAL EN BULGARIE CHRISTOPHE BERTI

BULGARIE: Zdravkov, Stankov, Kirilov, Stoyanov, I. Petkov, Borimirov, St. Petrov, Hristov (72e Manchev), M. Petrov, Dimitrov (80e Alexandrov) et Berbatov (53e Todorov).

BELGIQUE: De Vlieger, Deflandre, Simons, Van Buyten, Dheedene, Clément, Mbo Mpenza, Baseggio, Goor, Buffel et Sonck (72e E. Mpenza).

ARBITRE: M. Collina (Ita)

AVERTISSEMENTS: Deflandre, Dimitrov, Stoyanov.

LES BUTS: 31e S. Petrov csc (0-1), 52e Berbatov (1-1), 56e Clément (1-2), Todorov sur pen. (2-2).

SOFIA Samedi soir, les Diables Rouges auraient pu gagner un match qu'ils devaient perdre. Et vice versa. C'était le commentaire unanime de toute la délégation belge à l'issue du point arraché au stade du Levksi, devant un public chaleureux mais pas agressif qui a assisté, somme toute, à une belle soirée de football. Aimé Anthuenis craignait, la semaine passée, que quelques-uns de ses éléments les plus importants ne tirent la langue pour ce qui pouvait être le match de trop au terme d'une saison commencée, pour certains... en juillet dernier. Il a été totalement rassuré et a constaté que le professionnalisme et la fibre belge de ses joueurs n'étaient pas restés dans les vestiaires.

Que retenir de cette soirée?

D'abord que le nul est logique, répétons-le. Les Bulgares nous étaient largement supérieurs en première mi-temps et sans un (énorme) brin de chance, on aurait pu revivre le scénario catastrophe de Zagreb: deux têtes sur les poteaux, autant d'arrêts déterminants de De Vlieger et une énorme difficulté à garder le cuir loin de notre but, puisque les deux attaquants étaient, samedi, les points faibles de l'équipe. Sonck a perdu beaucoup de ballons, Buffel est logiquement essoufflé à l'issue de sa première véritable saison au plus haut niveau.

Le mystère Van Buyten

Pour confirmer notre propos, on ajoutera d'ailleurs que c'est des deuxièmes lignes qu'est venu le danger: centre de Deflandre pour le premier but de Petrov contre son camp. Coup franc précis de Baseggio et tête puissante de Clément pour le deuxième, déboulé solitaire de Mbo Mpenza pour ce qui aurait dû amener un penalty pour les Diables mais le tout-puissant Pier-Luigi Collina, le plus acclamé de tous les acteurs, en a décidé autrement.

L'arbitre italien s'est trompé, Baseggio a beau le lui avoir expliqué dans la langue de Dante, l'homme de Viareggio fut implacable. Il a privé les Diables d'une victoire qui aurait permis de garder une vue vers... la première place du groupe, mais même Anthuenis avouait qu'un succès n'aurait pas passé le cap de l'examen de moralité...

Au final, ce point n'arrange qu'à moitié nos affaires mais il aura sans aucun doute montré la voie à suivre aux jeunes Diables. Dans l'équipe, on retiendra que Simons est plus que jamais le patron de la défense. Depuis qu'il a été aligné au libero, contre le Brésil, il y a un an, le Brugeois n'a jamais déçu.

Pour le reste, Baseggio semble enfin libéré sous le maillot national. L'Anderlechtois a compris qu'il n'est jamais aussi fort que quand il ne se pose pas de question. Par contre, Daniel Van Buyten n'a toujours pas confirmé chez les Diables la réputation qui fait de lui un des défenseurs les plus en vue du continent. Le Marseillais, amalgame de talent et de puissance, semble coincé aux entournures en équipe nationale. Mais pourquoi donc est-il paralysé?

En tout cas, un an après Waseige, le vent du Nord a trouvé une nouvelle cible...

© Les Sports 2003