La prolongation des mesures en vigueur jusqu'à la mi-janvier voire le début février pose un problème au niveau des calendriers. Pas uniquement au niveau des championnats amateurs qui ne pourront pas reprendre avant février mais aussi au niveau de la Coupe de Belgique.

En 16e de finale, neuf clubs amateurs (Dessel, le RFC Liège, Lokeren, La Louvière, Olsa Brakel, l’Olympic, Rupel Boom, Thes Sport et Tongres) doivent affronter des formations de D1A. Un moment très attendu par ces équipes qui ont donné le maximum pour en arriver là mais aussi par tous les supporters.

Cependant, tout cela pourrait tomber à l'eau. Cette phase de la compétition initialement prévue en décembre avait déjà été reportée au week-end des 9 et 10 janvier. Un nouveau report est totalement impossible. "Les 8e sont programmés 15 jours plus tard. Nous sommes donc confronter à la difficulté de certains clubs amateurs de se préparer et de pouvoir effectivement disputer la rencontre", explique Pierre François, le CEO de la Pro League.

"Les neuf clubs amateurs impliqués vont être consultés les uns après les autres pour voir s'ils veulent ou non jouer. S'ils décident de ne pas le faire, ils perdent par forfait. Mais la Pro League prend l'initiative de chercher un dédommagement. Ce n'est donc pas la Pro League qui va décider d'exclure les clubs mais la situation sanitaire qui impose de reconsidérer les choses." Pierre François rappelle également que les joueurs sous contrat professionnel peuvent s'entraîner en groupe mais la plupart des clubs les ont mis au chômage technique. 

Les clubs espèrent cependant pouvoir s'entraîner suffisamment à l'avance et jouer aux dates prévues grâce à un accord avec les ministres des sports concernés. Il nous revient que le cabinet de Madame Glatigny pourrait d'ailleurs accorder une dérogation. Mais rien n'est encore acté. Il faut également que le ministre des sports flamand accepte d'en faire de même.