Ce mardi, les quarts de finale de la Coupe de Belgique démarrent à Malines ou le KaVé reçoit Courtrai pour le match aller. Orpheline des trois "grands" et de tous les clubs wallons, la "Cofidis Cup" ne va plus déchaîner les passions, surtout au sud du pays, même si l’affiche entre La Gantoise et Genk présente une belle saveur, que le KaVé draine une grosse cote de sympathie et que le Racing de Malines et le Lierse bénéficieront de l’intérêt porté aux petites équipes qui réussissent des exploits.

Mais, même si les deux dernières éditions furent exceptionnellement attirantes par les affiches qu’elles proposèrent, les clubs n’accordent toujours une importance à la Coupe que pour le billet européen qu’elle délivre. Car, financièrement, et malgré l’arrivée de deux sponsors, Cofidis puis Solar Total, la Coupe de Belgique est toujours loin d’être rentable pour les clubs belges, sauf ceux qui arrivent en finale de l’épreuve. Et encore

Un club qualifié pour les 16es de finale touche 2500 euros, pour les 8es, 5000 €, pour les quarts , 12 500 €, pour les demis , 30 000 €, pour le finaliste malheureux, 70000 € et pour le vainqueur, 120000 €. Les sommes ne sont évidemment pas cumulables et ne comprennent pas les droits TV qui ne sont toutefois pas faramineux.

Pour une année de retransmission de Coupe de Belgique, RTL et la VRT déboursent un peu moins de deux millions d’euros (chiffre officieux) à répartir entre les différentes Ligues, mais dont la majeure partie va à la D1 avec une part commune pour tous les qualifiés à partir des 16es de finale et des bonus en fonction des retransmissions et de la durée du parcours.

Par rapport à la France où la population est six fois supérieure, l’audience pour la finale de la Coupe est sept fois plus importante (chiffre de l’an passé) comme la manne des droits TV. Mais le vainqueur français touche plus de 15 fois plus que le belge et un quart de finaliste plus de 25 fois plus.

Pas attractif

Tant en 2006-2007 (67 810 spectateurs) que l’an passé (64 424), l’assistance atteignait des sommets. Alors que cette année, nous sommes presque repassés du double au simple puisqu’un seul match a accueilli plus de 5 000 personnes (Malines - Anderlecht avec 10 750 spectateurs) pour un total global de 36 276 sur les huit rencontres