La course à l'UEFA est-elle déjà jouée?

Football

PHILIPPE VANDENBERGH

Publié le

ÉCLAIRAGE

Sans remonter au déluge, il fut un temps où la course à l'Europe pouvait signifier quelque chose de bien concret pour un certain nombre de clubs de l'élite: Coupe des champions (créée en 1955), Coupe des coupes (créée en 1961 et disparue en 1999) et Coupe de l'UEFA (ex Coupe... des villes de Foire - on croit rêver - de 1954 à 1972) et gagnée en 1983 par Anderlecht au détriment de Benfica (1-0 et 1-1) offraient ainsi un éventail finalement très apprécié des candidats qui avaient l'impression de s'y retrouver.

Mathématiquement, les choses n'ont pas beaucoup changé: il y a toujours quatre représentants belges en coupes d'Europe: deux en C 1 et deux en C 3. Mais l'étau s'est resserré vers le haut: aux qualifiés d'office en C 3 en fonction des indices de l'UEFA s'ajoutent trois bénéficiaires de la coupe Intertoto plus les éliminés du troisième tour préliminaire de la Ligue des champions (les troisièmes des poules sont quant à eux intégrés directement en seizièmes de finale en UEFA). Autrement dit, cela fait du monde et les places sont chères. Résultat: la conquête des sésames européens est une chimère pour la plupart des candidats potentiels. En effet, si l'on considère - comme nous l'avons fait hier - que les deux places qualificatives en Ligue des champions ne devraient pas échapper à Genk, Anderlecht, Bruges ou le Standard (en rappelant à ce dernier qu'un championnat se dispute sur toute la saison), il est tout aussi logique de penser que des deux évincés, un, au moins, sera troisième et donc directement qualifié pour l'UEFA comme Anderlecht à l'issue de la défunte saison. Le seul doute subsiste quant au quatrième et dernier ticket, offert par une coupe de Belgique singulièrement dépréciée par des clubs. Elle constitue pourtant la seule planche de salut européen même en cas de défaite, comme Mouscron face à Bruges - déjà qualifié en Ligue des champions - lors de la dernière édition! Dans un tel contexte, on lira ci-dessous quels espoirs le même Mouscron, le GBA, la Gantoise et le Lierse d'Emilio Ferrera peuvent encore logiquement nourrir. Mais pour eux, comme pour beaucoup d'autres, l'Europe sera le miroir aux alouettes. A l'une ou l'autre exception près.

© Les Sports 2002

A lire également

Facebook

Cover-PM

cover-ci

Immobilier pour vous