La D 1 se rapproche, l'Intertoto aussi...

Football

Jean-François Prévost

Publié le

La D 1 se rapproche, l'Intertoto aussi...
© BELGA

CHARLEROI En quelque sorte, les Carolos et les Molenbeekois se sont rencontrés à la croisée de leurs chemins respectifs. Les uns ont lâché prise dans la course à la Coupe de l'Uefa dont ils auront été de méritants animateurs, les autres ont profité de leur passage au Mambourg pour orienter favorablement leur lutte pour le maintien. Ce succès important voire déterminant, ils ne le doivent d'ailleurs qu'à eux-mêmes pour l'avoir amplement mérité tout au long d'un match qu'ils dominèrent de bout en bout, et dans tous les secteurs du jeu. On comprit tout de suite que les Molenbeekois s'étaient déplacés avec des ambitions dans la mesure où, forts d'une évidente audace, ils jouèrent crânement leur chance, pour animer une partie rythmée. Mais si leurs hôtes (avec Kargbo préféré au poste de défenseur latéral gauche) donnèrent l'impression de trouver difficilement leurs marques, ils se montrèrent néanmoins menaçants dans un premier temps, en répliquant par des éclairs qui leur ont si souvent été favorables cette saison. À deux reprises, Akgül inquiéta Nijs avant que la réussite ne sourie au Sporting local sous la forme d'une récupération d'Orlando qui alerta Akgül que Theunis accrocha à l'entrée du rectangle. Brogno inscrivit son huitième but en championnat mais, contrairement à ce qui fut souvent le cas, les Zèbres, qui ne le méritaient pas vraiment, n'allaient jamais justifier, ne fût-ce qu'un tantinet, cet avantage. On ne releva de leur part plus qu'une accélération (superbe, il est vrai) d'Orlando, qui surprit les défenseurs du Brussels avant de les déstabiliser d'une talonnade géniale que Nijs empêcha Akgül d'exploiter. C'en était fini pour les Hennuyers tandis que leurs visiteurs annoncèrent couleur tout en fin de première mi-temps en se ménageant deux belles occasions par Snelders, qu'avait isolé Sels, et Wuillot, qui bénéficia d'un coup franc dévié de Peto mais Kargbo sauva sur la ligne de but.

Le match prit définitivement sa juste tournure à la reprise quand Snelders passa par la droite et centra au-delà du deuxième poteau où surgit Culek, auteur ainsi de son neuvième et ô combien précieux but. À partir de cet instant précis, les Molenbeekois supplantèrent les Carolos dans toutes leurs interventions. À peine deux minutes après l'égalisation, Bruno eut mérité de donner l'avantage aux siens lorsqu'il ajusta une puissante reprise de la tête à la réception d'un coup franc d'Emeran, Laquait signant une grande parade pour détourner le ballon sur la transversale. Déterminés, concentrés sur leur sujet, toujours plus prompts que leurs adversaires (ceux-ci ne purent pratiquement jamais s'exprimer) qu'ils dominèrent chacun dans tous les duels, les Bruxellois se montrèrent encore dangereux par Culek et Snelders... Mais à peine monté sur le terrain, Roman faillit pourtant modifier la donne. Le jeune attaquant s'engouffra dans un couloir avant de croiser son envoi au-delà du deuxième poteau. Ce coup de semonce ne tempéra pas l'ardeur de la meilleure équipe sur le terrain qui émergea logiquement car Zezeto exploita une absence carolorégienne sur son flanc droit (là où s'était déporté Kargbo après l'entrée au jeu de Ciman) et isola Sels comme à l'entraînement. Une fois de plus, le Brussels, qui n'a que rarement été inférieur aux autres tout au long de la saison, aura donc fait bonne figure avec, cette fois, la récompense de son comportement et un fameux pas vers le maintien. Quant au Sporting, il a flanché au moment où il caressait l'espoir légitime de toucher à l'impossible étoile européenne. Cet échec - car c'en est un - s'avérera cependant sans conséquence grave, parce qu'il ne peut aucunement ternir l'éclatant parcours des Zèbres qui seront de dignes représentants du football belge en... Intertoto. Le championnat leur doit au moins ça!

© Les Sports 2005

A lire également

Facebook

Cover-PM

cover-ci

Immobilier pour vous