La nouvelle mouture de notre compétition d’élite et ses play-offs tout neufs, ses différentes phases et ses nouvelles règles a pris forme. L’accouchement fut pénible et les complications furent nombreuses. Mais Pierre-Yves Hendrickx, obstétricien expérimenté, fut tout heureux hier matin de présenter le nouveau bébé, en bonne santé, bien qu’un peu plus maigre que le précédent.

Ivan De Witte, président de la Ligue Pro, commença par remercier avec humour les journaux flamands qui avaient publié hier matin une version totalement fausse du calendrier (la vraie est restée dans un coffre-fort tout le week-end pour éviter les fuites). Belgacom et le ministère de l’Intérieur jouèrent aussi le jeu. "Je demande à tous de ne pas condamner la réforme dès à présent. Des erreurs devront certes être corrigées, mais beaucoup de points sont positifs."

Pierre-Yves Hendrickx, président de la Commission du calendrier, répéta ensuite tous les obstacles rencontrés pour finalement trouver un calendrier final. "Il fallut slalomer entre sept journées de Cofidis Cup, huit rencontres (six de qualification et deux matches amicaux) des Diables Rouges et les matches européens pour nos clubs, dont on espère qu’ils seront très nombreux. Il a fallu tenir compte des avis des forces de sécurité, des clubs (NdlR : bonne répartition des matches au sommet, pas de sommets pendant les vacances de Noël ni en août, pas de sommets après un match européen, etc.) et les exigences de Belgacom pour les retransmissions télévisuelles. La Ligue a accepté qu’il n’y ait pas de calendrier miroir, que le second tour de la compétition ne soit pas le reflet exact du premier comme il se fait dans pas mal de pays et même chez nous depuis le milieu des années 70."

Comme chaque année, l’université de Louvain, ses chercheurs et ses ordinateurs ont donné le coup de pouce nécessaire. Cinq jeux de calendrier ont été présentés et les commissaires en ont choisi un.

Celui-ci propose en ouverture de championnat notamment le duel des champions entre le Standard et Saint-Trond. Courtrai - Anderlecht, Charleroi - FC Bruges ou encore Genk - Mouscron sonneront aussi le début de la première phase disputée sur trente journées. Viendront ensuite des play-offs (voir ci-contre) divisés en trois parties.

Mais les play-offs ne constituent pas les seules modifications au règlement pour le nouvel exercice. L’article 1422 - relatif au nombre de joueurs formés en Belgique devant figurer sur la feuille d’arbitre - est modifié. La Ligue nationale (D2) est également concernée puisque ledit article est d’application pour tout le foot rémunéré. En 2007-2008, il fallait obligatoirement inscrire 4 joueurs ayant été formés en Belgique sur la feuille d’arbitre. La saison dernière, c’était 5 et dès le prochain exercice, l’obligation est portée à 6. Cela vaut pour toutes les compétitions officielles du foot rémunéré. Donc en championnat comme en coupe.

Par joueurs "formés en Belgique", les règlements entendent: A) les joueurs belges ayant été affectés pendant 3 saisons à un club belge. B) un joueur ressortissant de l’EEE (espace économique européen) ayant été affecté avant 23 ans à un club belge pendant trois saisons. C) Un joueur non-ressortissant de l’EEE ayant été affecté avant 23 ans à un club belge pendant 3 saisons consécutives.