Un documentaire sur le célèbre club de football néerlandais, l'Ajax d'Amsterdam, provoque la panique chez les exploitants de salles de cinéma des Pays-Bas menacés de représailles par des supporters de clubs concurrents.

UNE SEULE SALLE

Coup sur coup, les cinémas de deux des plus grandes villes du pays, Utrecht et La Haye ont décidé cette semaine de retirer le film de l'affiche après avoir reçu des menaces par téléphone de supporters du club du FC Utrecht.

Le documentaire, intitulé Ajax, là-bas ils ont entendu des anges chanter, décrit sans concession la vie du club d'Amsterdam.

Réalisé par Roel van Dalen, le film semblait promis à un bel avenir: il avait fait salle comble plusieurs jours de suite lors du festival international du film documentaire d'Amsterdam en novembre.

Encensé par la critique, il avait occasionné de longues queues aux guichets de réservation. Aujourd'hui, il n'est plus montré que dans un cinéma d'Amsterdam mais fait l'objet de longs débats à la radio, dans les journaux et sur les sites Internet.

Bravant les menaces qui ne manqueront pas d'être proférées, un exploitant de salle de Rotterdam - ville du principal concurrent d'Ajax sur les terrains, Feyenoord - a décidé de programmer le documentaire à partir du 4 janvier.

MENACES

Je ne me laisserai pas influencer par la peur, affirme l'exploitant, Kadir Selçuk.

Au même moment les menaces fleurissent sur les sites Internet des supporters du Feyenoord: Espérons que le cinéma qui a pris cette décision est bien assuré, écrivent plusieurs d'entre eux.

D'autres se lancent dans des diatribes ouvertement antisémites, l'Ajax ayant été fondé par des juifs néerlandais. Ce déferlement n'est pas loin de faire penser à ce qui s'était produit lors de la sorte de La Dernière tentation du Christ.

RIDICULE

On se souvient qu'à l'époque, certains groupuscules de fondamentalistes étaient descendus dans la rue afin de tenter d'empêcher la diffusion de ce film.

Là aussi, violences et insultes n'avaient cessé d'être proférées à l'encontre des patrons de salle qui osaient mettre le film à l'affiche.

Dans le cas qui nous occupe, on constate qu'une nouvelle fois, quelques pseudo-sympathisants parviennent, alors qu'ils ne représentent qu'une infime partie des supporters des clubs rivaux de l'Ajax, à réaliser une forme de censure à la fois ridicule et lamentable.

Comme le sont les quelques énergumènes qui, chaque week-end, ternissent l'image du foot qui, pour eux, n'a pour seul intérêt que celui de leur permettre d'exprimer leur haine.

© La Libre Belgique 2000