19e Déviation de Jestrovic et tir du gauche de Mornar, trop faible.

25e Sur le flanc gauche, Grégoire sert Martic qui centre sur la tête de Mbo Mpenza, complètement seul au premier poteau. Zitka est battu (1-0).

27e Coup franc de Martic de peu au-dessus de la transversale.

38e Long ballon flottant de Kolar qui passe devant le but mais que personne ne touche....

48e Centre de Kolar, volée de Jestrovic au-dessus du but.

59e Filston accroche Aruna qui filait au but. Il est exclu. Et le coup franc de Baseggio frôle la latte.

88e En contre, Grégoire sert un caviar à Bakadal mais Zitka dévie en corner et évite le 2-0.

MOUSCRON Après l'Antwerp, le Lierse, Saint-Trond, Bruges et Westerlo, c'est donc Mouscron qui a infligé à Anderlecht sa sixième défaite de la saison. Six matchs perdus sur vingt-deux, c'est, déjà, deux de plus que sur tout l'exercice précédent! On avait fustigé le bilan d'Anthuenis, il faudra en refaire une lecture. Mais l'heure est à l'analyse de celui de Broos et il est catastrophique, puisque les Anderlechtois, après avoir perdu la face et leur honneur en Grèce, ont aussi perdu leur deuxième place et se retrouvent désormais à dix-sept points des Brugeois! Mouscron, par contre, retrouve des couleurs au moment où il ne l'attendait probablement pas.

Côté bruxellois, la prestation lamentable d'Athènes avait fait deux victimes: outre Ilic et Hendrikx, blessés, ce sont Lovré et Seol qui se retrouvaient sur le banc, au profit de deux revenants, Aruna et Kolar.

Le premier n'avait plus été titulaire depuis la fin décembre, le second, depuis la mi-octobre. Hugo Broos répondait ainsi aux critiques qui l'accusaient de s'être montré trop frileux en Grèce, en alignant une formation très offensive.

Mais cela n'a pas empêché Anderlecht de n'hériter... que d'une seule occasion en nonante minutes. Sans rythme, sans imagination et tombant trop souvent dans le piège de la provocation, les Mauves, frustrés, passaient plus de temps à enguirlander M. Verbist qu'à soigner leur football. Certes, l'arbitre a sifflé quarante-deux fautes, dont vingt-sept mouscronnoises, en quarante-cinq minutes et il n'a pas été souvent bien inspiré, mais ça n'explique pas tout.

Face à une formation locale où Staelens n'avait sacrifié personne après le 5-0 de Charleroi (seul Filston remplaçait Fransman, retenu par son équipe nationale), Anderlecht a fait pitié. Et Mouscron en a profité pleinement: sur la seule vraie possibilité de la première période, Mbo Mpenza, de la tête, punissait une défense bruxelloise aux abonnés absents.

Il pouvait prendre une tasse de thé et remercier d'avance Martic de la qualité de son service avant de tromper Zitka. Mais où est donc passé Tihinen?

A la reprise, les Bruxellois se sont à peine réveillés et n'ont porté le danger devant Vandendriessche que via une volée manquée de Jestrovic, isolé aux six mètres. A l'heure de jeu, Aruna, inexistant jusque-là, se faisait accrocher par Filston alors qu'il filait vers le but: le défenseur mouscronnois était exclu.

Une supériorité numérique qui ne changeait pas la donne: Mornar et Cie butaient sans génie sur une défense renforcée. Mouscron n'avait jamais battu Anderlecht au Canonnier, c'est fait. Hugo, tes amis se sont montrés cruels...

© La Libre Belgique 2003