Les conditions d’attribution, par la Fifa, des Mondiaux 2018 et 2022 à la Russie et au Qatar vont être étudiées par le Parlement européen, lequel a annoncé, mardi, qu’il allait entendre sur le sujet Michael Garcia, l’ancien procureur fédéral américain qui a rédigé le rapport sur la façon dont ces compétitions ont été octroyées.

L’invitation a été faite à l’initiative de l’eurodéputé belge Marc Tarabella (PS, photo), coprésident d’un intergroupe consacré au sport.

Retour en arrière. A la suite des remous créés par la décision de donner les Coupes du monde 2018 et 2022 aux Russes et aux Qataris, la Fifa avait demandé à Michael Garcia, président de la chambre d’enquête de sa commission d’éthique, de rédiger un rapport. Celui-ci a servi de document à un rapport de synthèse établi par l’Allemand Hans-Joachim Eckert, président de la chambre de jugement de la commission d’éthique. Cette synthèse, rendue publique mi-novembre, concluait que l’attribution des deux Coupes du monde n’avait pas lieu d’être remise en cause.

M. Garcia avait estimé que le document trahissait son travail et il avait introduit un recours en contestant le contenu. Ce recours a été, voici quelques jours, rejeté par commission de recours de la Fifa. Ce rejet a entraîné la démission de M. Garcia.

Insulte à l’éthique

Qui a eu des mots très durs pour la Fifa. "Pendant les deux années qui ont suivi mon recrutement comme président indépendant de la chambre d’enquête de la commission d’éthique de la Fifa, je pensais que cette instance faisait de réels progrès. Ces derniers mois, cela a changé", a-t-il commenté. "Aucun comité indépendant, enquêteur ou panel d’arbitres n’a le pouvoir de changer la culture de cette organisation", a-t-il encore dénoncé.

Selon Marc Tarabella, l’invitation de M. Garcia doit permettre d’apporter davantage de clarté à un dossier qui pourrait avoir été manipulé. "Avec les soupçons de haute corruption qui pèsent sur cette candidature, la démission de Michael Garcia, les enveloppes remplies de dollars et, pour rappel, plus de 1 200 morts sur les chantiers de stades de Coupe du monde, l’attribution de cette compétition est déjà une défaite et une insulte à l’éthique sportive", scande M. Tarabella.