Ce mercredi, le Bayern a fait le boulot. En venant à bout 0-3 d'une équipe lyonnaise pas ridicule, les Allemands se retrouvent en finale face au PSG qui se jouera ce dimanche. Pourtant, malgré le score flatteur, tout ne fut pas simple pour les Munichois. "On a eu de la chance dans les dix premières minutes" expliquait Hansi Flick à la fin de la rencontre. Un sentiment partagé par Rudi Garcia, l'entraîneur des Gones.  "C'est un sentiment d'injustice. Si on avait mené au score, le match aurait eu une tournure différente. En deuxième période, il y a aussi un face-à-face entre Karl (Toko Ekambi) et (Manuel) Neuer. À 2-1, on aurait pu espérer arracher les prolongations. Le score ne dit pas la physionomie" estimait le coach français. 

Effectivement, le match aurait pu être différent si Memphis Depay avait marqué sur son face à face avec Neuer. Ou encore si Toko Ekambi n'envoyait pas un missile sur le poteau après avoir passé en revue toute la défense. Mais avec des si on mettrait Paris en bouteille... L'Equipe est également revenu sur la claque lyonnaise dans son édition du jour en titrant: "La fin du rêve". Pour le journal sportif, le manque d'efficacité a été la clé de ce match. "La marche était-elle trop haute face au Bayern Munich (0-3) ? Pas forcément, les Gones s'étant procuré une demi-douzaine d'occasions. Mais la réussite offensive insolente qui les avait accompagnés contre les Italiens (Juventus) et les Anglais (Manchester City" a disparu."

Le site internet Eurosport France est globalement d'accord avec ses confrères. "Lyon avait le bon plan de jeu. Avec un bloc bien positionné et coordonné, les Rhodaniens ont fait déjouer un Bayern qui n'a jamais dégagé la même surpuissance que face au Barça. Mais les Gones ont cruellement manqué d'efficacité. Devant, pour concrétiser leurs occasions en contre-attaque. Mais aussi derrière, avec de petites erreurs payées au prix fort. Sans briller, le club allemand a été très réaliste en marquant deux buts sur ses trois premières opportunités."

En Allemagne, un homme fait les gros titres de journaux. On attendait beaucoup de Muller ou de Lewandowski, la lumière est venue d'un autre joueur. "Gnabry est devenu un joueur exceptionnel" écrit le Spiegel. Pour le quotidien allemand, l'ailier de 25 ans a totalement fait oublier Ribéry et Robben en même temps. "Le Bayern a dû faire face au problème de devoir remplacer des joueurs qui semblaient irremplaçables. Parce qu'ils étaient plus que de bons footballeurs: ils étaient des icônes de Munich et ont façonné une époque avec de nombreux titres, dont le plus important: la Ligue des champions 2013. Gnabry a marqué contre le Barça lors du 8-1. Il a marqué lors de la finale de la coupe contre Leverkusen. Il a marqué deux buts lors du match aller du match aller à Chelsea. Il n'est plus l'un des nombreux candidats au successeur de Robben: il le remplace en toute sécurité."

Kicker abondait dans le sens du Spiegel. "Après des problèmes initiaux, le très dangereux Gnabry a mis FCB sur la bonne voie pour la victoire. L'international allemand s'est même ajouté une fois de plus à la liste des buteurs et a été difficile à cerner pour la défense lyonnaise."

Pour les médias anglais, Bayern a eu de la chance de gagner avec trois buts d'écart. "Cela aurait pu être une nuit très différente pour l'équipe de Hansi Flick si Memphis Depay n'avait pas tiré large à la pause tôt après avoir battu Neuer" souligne Sky Sports.

En Italie, la Gazzetta dello Sport évoque également les qualités du "monstre" Lewandowski. "Avant la fin du match, Lewandowski s'est envolé plus haut que tout le monde et a trouvé le moyen de marquer son 15e but dans cette Ligue des champions. Le Polonais a marqué dans tous les matchs en LDC: un monstre. Et maintenant, il n'en a besoin que d'un pour battre le record de Cristiano Ronaldo".

En Espagne, on ne se remet de la tornade que représente le Bayern Munich. "Ni Messi, ni le tueur de géants français, ni personne d'autre. Ce Bayern Munich est un vent qui laisse de la terre brûlée partout où il passe. La dernière victime de l'équipe de tueur bavaroise était un Lyon désemparé après avoir renversé la Juve de Cristiano et le City de Pep. Les Lyonnais ont commencé avec l'espoir de frapper à nouveau un gros morceau. Mais cette fois, il est tombé sur un os trop dur à casser."

Le média espagnol souligne également le choc de titans qui va se jouer en finale. "Neymar et Mbappé sont les derniers obstacles contre l'armée dirigée par Flick. Ce serait le second triplé pour le Bavarois après celui de 2013. Si les Parisiens veulent soulever leur première Ligue des champions de leur histoire, ils devront déjouer le champion de Bundesliga qui a connu sa dernière défaite le 7 décembre de l'année dernière."

Un sacré obstacle pour les Parisiens !