ENTRETIEN

ENVOYÉ SPÉCIAL À OITA

Son visage est très rouge et la transpiration plaque ses cheveux sur son front.

A l'image de tout le groupe, Robert Waseige accuse le coup à l'issue de la rencontre.

Il sait évidemment que son groupe vient de passer à côté d'une belle occasion... `Je ressens un goût de trop peu, évidemment. Ceux, en Belgique et autour de l'équipe, qui ont considéré la Tunisie comme le parent pauvre du groupe ont commis une lourde erreur...´

L'explication est un peu courte et l'excuse facile. Mais le sélectionneur va plus loin dans l'analyse.

`La tradition a malheureusement été respectée: l'équipe belge éprouve presque toujours de grosses difficultés pour imposer son jeu et pour s'imposer tout court face à un adversaire supposé inférieur. Aujourd'hui, nous avons connu d'énormes problèmes face à l'agressivité saine, la force physique et les capacités techniques des Tunisiens, qui ont très bien joué et qui se sont montrés supérieurs dans la récupération du ballon. Or, en football, tout commence par là.´

C'est vrai que les Diables Rouges, malgré 58 pc de possession de balle, n'ont jamais été dangereux.

`Pourtant, en seconde période, nous avions sur le terrain beaucoup de joueurs à dominante offensive, mais cela ne nous a pas permis d'être plus dangereux. Un problème physique? Honnêtement, je ne crois pas. C'est au niveau de la rapidité d'exécution et la fraîcheur d'esprit que les Tunisiens ont été meilleurs. Chez nous, peu de joueurs ont le dribble naturel et la force de pénétration dans le sang. On voit rarement ce genre d'actions dans le championnat de Belgique. Sonck est capable de le faire, mais il sort d'un creux. Mais loin de moi l'idée de l'accabler, je n'ai aucun reproche à lui adresser aujourd'hui.´

C'est en effet surtout parce qu'elle n'a jamais été capable d'imposer un tempo dans la rencontre que la Belgique est passée à côté de son sujet, hier, à Oita.

`En effet, mais pour mettre du rythme, il faut avoir le cuir et les Tunisiens étaient plus vifs que nous...´ D'où cette manie des Diables de balancer de longs ballons vers l'avant, contrairement à ce qu'ils avaient dit toute la semaine... `Ce n'était pas une consigne, en effet, mais probablement un certain aveu d'impuissance. Comme je constate qu'on n'arrive jamais à tenir un résultat très longtemps. Cependant, cette fois, c'est sur phase arrêtée qu'on a été surpris.´

Désormais, il faut se raccrocher à toutes les bouées qui passent à portée de bras. En l'occurrence: l'espoir d'une victoire contre la Russie, vendredi, à Shizuoka. `Nous sommes au-devant d'un gros challenge, je l'avoue. J'espère que les joueurs auront été piqués au vif et qu'ils apporteront une réaction d'orgueil. Si la tradition ne nous était pas favorable contre la Tunisie, j'espère que ce sera le cas contre les Russes. Cette équipe devrait mieux nous convenir. Nos chances de qualification? Je ne joue pas aux pronostics. En tout cas, on n'aura plus rien à perdre.´

Rien, à part une place en huitièmes de finale de Coupe du monde...

© Les Sports 2002