La Gantoise s'est offert le premier titre de champion de Belgique de son histoire en battant le Standard de Liège 2-0 jeudi soir à la Ghelamco Arena.

Ce premier sacre en championnat n'est pas tout à fait une surprise pour les Gantois qui avaient cloturé la phase classique de la compétition à la deuxième place du classement, à égalité de points avec Anderlecht et avec un retard de quatre unités seulement sur le Club de Bruges, écart réduit de moitié pour l'entame des play-offs. Bruges et Anderlecht étaient certes toujours considérés comme les favoris, mais la Gantoise a rendu une excellente copie tout au long du play-off I.

A l'issue de la 6ème journée, grâce à une victoire 2-1 face au champion en titre, les hommes de Vanhaezebrouck se sont installés à la tête du classement pour ne plus la lâcher ensuite. Une victoire convaincante en déplacement chez "l'ennemi" Blauw en Zwart dimanche dernier (2-3) a encore donné un surplus de confiance aux Buffalos, alors que les deux équipes s'étaient quittées sur un nul (2-2) au match aller. Finalement, seuls les Zèbres ont constitué un obstacle insurmontable pour La Gantoise. Avec une victoire 2-1 à domicile le 11 avril et un nul 1-1 au retour le 8 mai, Charleroi a en effet joué à merveille son rôle de "poil à gratter" du top 6 face au futur champion.

En s'imposant jeudi face aux Rouches, dans une Ghelamco Arena symbole des efforts entrepris ces dernières années pour propulser le club vers le sommet, La Gantoise s'est assurée de ne plus pouvoir être rejointe par Anderlecht (2-2 à Courtrai), dépassé par Bruges (2-3 à Charleroi), avec une seule journée encore à jouer.

Avant le coup d'envoi du championnat, rien ne laissait pourtant présager que la Ghelamco Arena devrait s'apprêter un an plus tard à fêter un sacre. En engageant Hein Vanhaezebrouck, les dirigeants du club avaient choisi un coach qui avait déjà largement prouvé sa valeur à Courtrai mais dont le premier essai dans un club plus huppé, à Genk, s'était soldé par un licenciement après quelques mois seulement, en 2009. Sa mission chez les Buffalos était simple: faire renouer le club avec le succès, après deux années de disette sans accession aux play-offs 1.

Avec l'acquisition judicieuse de Laurent Depoitre, les Buffalos concoctaient sans doute sans le savoir leur propre recette pour décrocher le titre avec brio. Sven Kums, buteur contre le Standard jeudi, s'est également révélé comme pièce manquante de l'entrejeu durant la saison. Un autre transfert décisif a eu lieu au mercato hivernal, avec l'arrivée de Moses Simon. Le jeune nigérian a planté 6 buts et 4 assists en 9 matches, lors du second tour du championnat. Il n'a pas réussi à avoir la même empreinte décisive en play-offs, mais a malgré tout largement contribué au titre.

Le vestiaire de La Gantoise s'est allégé en parallèle, avec les départs d'Elimane Coulibaly, Habib Habibou, Rodgers Kola, Hervé Kage, David Hubert et Yassine El Ghanassy. Un pari gagnant à nouveau, qui semble avoir apporté un souffle nouveau dans le noyau.