La Grèce a créé une énorme sensation en battant le Portugal 2-1 (1-0 à la mi-temps) samedi au Stade du Dragon de Porto, en match d’ouverture de l’Euro 2004.

Les buts ont été marqués par Georgios Karagounis (7e minute) et Angelos Basinas (51e, sur penalty) pour la Grèce, contre une réalisation de Christiano Ronaldo (90e+3).

Les Portugais, qui comptent parmi les favoris de l’Euro 2004, n’ont jamais réussi à trouver la solution face à de solides grecs qui ont parfaitement su gérer la pression inhérente à l’événement, au contraire de Portugais visiblement tétanisés par l’enjeu.

Dès la première minute de la rencontre, les Grecs se montraient dangereux avec Angelos Charisteas qui loupait complètement sa reprise au point de penalty, alors que la défense portugaise se montrait trop passive.

Les premières minutes de la rencontre confirmaient cette entame, avec des Grecs très entreprenants et des Portugais visiblement stressés par l’enjeu, malgré les encouragements de 45.000 supporters.

Et c’est presque logiquement qu’au terme d’un joli déboulé au centre du terrain, Georgios Karagounis décochait une belle frappe des 20 mètres qui venait se loger au ras-du-sol dans le pavillon droit des buts de Ricardo. (1-0, 7e) Le Stade du Dragon n’en croyait pas ses yeux, mais continuait d’encourager ses favoris. Pourtant, ce sont les Grecs qui se montraient les plus menaçants, notamment avec un tir de Charisteas que Ricardo stoppait (23e).

Par la suite, les Portugais reprenaient le contrôle du ballon et du milieu de terrain, mais n’arrivaient pas à véritablement déstabiliser une défense grecque plutôt solide.

Les attaques pour les Portugais, les contre-attaques tranchantes pour les Grecs, la partie semblait s’enliser tactiquement jusqu’à la pause, atteinte sur une impensable avance grecque.

Peu après la reprise, sur un ballon chipé au milieu du terrain, le défenseur grec Seitaridis était bousculé dans la surface de réparation par le jeune attaquant portugais Christiano Ronaldo entré à la mi-temps. M. Collina sifflait logiquement penalty et Angelos Basinas ne se faisait pas prier pour donner deux buts d’avance aux siens (2-0, 51e).

Par la suite, le sélectionneur brésilien du Portugal Luis Felipe Scolari jouait le tout pour le tout, avec la rentrée d’un nouvel attaquant Nuno Gomes à la place d’un milieu défensif Costinha (65e).

Le Portugal poussait et obtenait un bon coup-franc à la 76e minute, mais Luis Figo expédiait le ballon dans les nuages.

Seul Deco, entré à la mi-temps, ne semblait pas avoir les jambes de coton, et son tir du gauche (78e) inquiétait d’ailleurs le portier grec en frôlant la barre transversale.

A la 82e minute, Christiano Ronaldo voyait sa reprise frôler le poteau gauche de Nikopolidis, et trois minutes plus tard, c’est celle de Nuno Gomes qui était bien détournée par le gardien grec.

Dans les arrêts de jeu, Nuno Gomes parvenait cependant à sauver l’honneur du pays organisateur en reprenant de la tête un corner de Luis Figo (90e+3).