L’association regroupant les ligues nationales de football professionnel en Europe (EPFL) a officiellement décidé de défier l’UEFA, lors de l’assemblée générale de ses membres (ils étaient 23), vendredi, à Zurich.

Ceux-ci dénoncent la réforme de la Ligue des champions et se donnent la possibilité, sans nouvel accord avec l’UEFA, d’organiser des rencontres de championnat en même temps que les compétitions européennes de clubs.

Ceferin n’est pas Platini

Pour le président de l’EPFL, le Suédois Lars-Christer Olsson, réélu vendredi, il n’y a pas d’autre option "que de mettre un terme à l’accord-cadre actuel avec l’UEFA".

Pour rappel, fin août, l’UEFA décidait de garantir, de 2018 à 2021 au moins, quatre places en phase de groupes de la Ligue des champions à chacun des quatre pays les mieux classés à l’indice UEFA. Actuellement, l’Espagne, l’Angleterre, l’Allemagne et l’Italie occupent ces quatre premières places.

La menace agitée par certains des plus grands clubs européens de créer une Super League n’était pas étrangère à cette décision. Une décision mal ressentie par les petites nations, que l’ancien président de l’UEFA, Michel Platini, avait tout fait pour protéger.

Celles-ci se sont donc rebellés. Le 6 octobre, Lars-Christer Olsson a rencontré à Nyon le nouveau président de l’UEFA, Aleksander Ceferin. On croyait que les positions des uns et des autres s’étaient rapprochées à cette occasion mais ce n’était pas le cas, les promesses faites par M. Ceferin d’accompagner la réforme par une aide financière aux ligues de petite et de moyenne taille n’ayant pas suffi.

Vendredi, a relevé M. Olsson, il a été question des places garanties en phase de groupes aux uns et aux autres, mais aussi de la distribution des revenus. "Les nouvelles propositions de l’UEFA sont pires que ce que prévoit la situation actuelle", a-t-il encore scandé. L’association des ligues européennes a donc décidé de dénoncer l’accord avec l’UEFA. Une nouvelle rencontre est prévue entre MM. Olsson et Ceferin dans la deuxième quinzaine de novembre et des groupes de travail ont également été constitués.

Mini-ligue avec Bruges et Anderlecht ?

Dès avant la réunion, étaient évoqués des projets concurrents de compétitions européennes.

Ainsi, le club danois du FC Copenhague, engagé cette année en Ligue des champions, avait-il révélé, la semaine passée, être en discussions avec d’autres clubs scandinaves (Malmö en Suède et Rosenborg en Norvège), néerlandais (Ajax, PSV Eindhoven, Feyenoord), belges (Club Bruges et Anderlecht) et écossais (Celtic et Rangers) pour former une nouvelle mini-Ligue européenne.