ÉCLAIRAGE

Parti sur les chapeaux de roues, avec les transferts du Club de Bruges (les Louviérois Ishiaku et Klukowski), de Genk (le Serbe Stojanovic et le Croate Mikulic, puis l'Ajacide Soetaers) et d'Anderlecht (Grégoire), le mercato d'hiver n'a pas poursuivi jusqu'au bout son jeu de dominos. Il n'y a d'ailleurs pas eu, ce lundi avant minuit, date butoir de ce marché des transferts hivernal, l'une ou l'autre surprise de dernière minute aux quatre coins de notre Royaume. Preuve s'il en est que l'heure est désormais à l'apurement financier au niveau de tous les budgets, plus serrés que jamais au sein de notre élite.

Il est symptomatique de constater qu'un club comme le Standard, habitué au grand chambardement hivernal (tout comme en été, d'ailleurs...), ait simplement compensé le départ du Finlandais Niemi, qui ne donnait pas satisfaction, par l'arrivée de Cédric Roussel, tout en engageant aussi le Louviérois Assou-Ekotto.

Il existe cependant quelques exceptions à la règle. A commencer par Mons, qui a transféré pas moins de 12 (!) joueurs tout en se séparant de 11 éléments afin d'atteindre son seul et unique objectif: le maintien.

Les effets de cette politique, très critiquée au Nord du pays, où l'on estime, à juste titre, que des deniers publics ont été mis dans la balance et faussent la régularité du championnat, ne se sont pas fait attendre. L'équipe de Jos Daerden a ainsi remporté trois succès depuis la reprise, ayant abandonné pour la première fois son siège basculant ce week-end, au détriment du Brussels.

Soit une équipe molenbeekoise où de nombreux problèmes extra-sportifs minent la bonne marche en avant. Les arrivées tardives de De Camargo (Genk), Sels (Lierse) et du Hongrois Petö suffiront-elles à inverser la tendance? Rien n'est moins sûr. Mais vu que d'autres équipes, telles Beveren, le Cercle de Bruges, Mouscron et St-Trond, ne sont pas non plus au mieux - et ne sont pas renforcées, que du contraire -, la lutte n'est pas perdue d'avance.

Concernant la troisième place européenne, les Limbourgeois de Genk semblent désormais les mieux armés devant le Standard, tandis que Charleroi et La Louvière rentrent progressivement dans le rang.

Quant au titre, Bruges semble plus fort que jamais, Ishiaku ayant déjà répondu à l'attente au faîte de l'attaque. Reste à Anderlecht à démontrer qu'il possède bien toutes les armes, dont un entrejeu pléthorique, pour revenir dans le parcours...

© Les Sports 2005