La seconde partie de l'enquête menée par nos confrères de La Dernière Heure/Les Sports concerne les joueurs belges expatriés (les montants cités sont les salaires annuels bruts, en euros, hors primes). Et comme les Diables ont la cote, leur salaire a grimpé en flèche...

Dans le Top 10 belge, 7 joueurs évoluent donc en Premier League. Ce n’est pas étonnant dans la mesure où ce championnat est le meilleur payeur de la planète et sa masse salariale est chaque année en progression.

Grâce à leur transfert à Tottenham, Vertonghen et Dembélé intègrent ainsi un Top 10 dans lequel ils ne figuraient même pas l’an dernier.

Mais la plus belle progression, c'est celle du... compte en banques d’Eden Hazard. Le Brainois est passé de 3,6 millions annuels à Lille au double à Chelsea. Pour un nouveau venu en Premier League, atteindre de tels émoluments à seulement 21 ans est un record.

En prolongeant en fin de saison dernière, Vincent Kompany a lui aussi écrit son nom sur les tablettes : il est le joueur belge le mieux payé de l’histoire. Il a un contrat en béton à City et si Barcelone veut un jour venir le chercher, comme la rumeur l’évoquait ces derniers jours, ils devront payer le prix fort...

À la neuvième place débarque un certain Axel Witsel, seulement 14e l’an passé. Les roubles n’ont pas encore le poids des pounds, mais il faut y voir une tendance forte qui marque le football européen.

Derrière ce Top 10, on retrouve toute une série de joueurs qui ne sont pas vraiment à plaindre, puisque leur salaire varie entre 1,5 et 2 millions. C’est le cas de Lukaku, de Benteke, de Courtois, de Defour, de De Bruyne et de De Camargo.

Et quand ces joueurs, assez jeunes pour la plupart, parviennent à briller, c’est une belle augmentation qui les attend. C’est, par exemple, ce qui devrait arriver prochainement à Christian Benteke, qu’Aston Villa veut faire prolonger afin de mieux le vendre.

Les joueurs belges sont plus que jamais hype. Surtout en Premier League, où la mode est aux Diables. Et ce qui est à la mode est forcément cher...

Le classement en détails

- 9M€ - Vincent Kompany : La prolongation de contrat tant attendue est tombée en fin de saison dernière, dans la foulée du titre. Kompany est passé de 6,7 à 9 millions annuels, en signant pour six ans : c’est le bail le plus long de l’histoire du club ! Kompany est aujourd’hui le défenseur le mieux payé de Premier League après John Terry. Il touche également plus que… son entraîneur, Roberto Mancini.

- 7,1M€ - Eden Hazard : Tout le monde le voulait. Hazard en a donc profité pour faire monter les enchères, Chelsea décrochant finalement la timbale au détriment des deux clubs de Manchester. Avec 120.000 livres par semaine, le Diable se classe juste derrière Torres, Lampard et Terry dans le vestiaire des Blues. Autant dire qu’il avait la pression. Mais ça ne l’a pas empêché de répondre aux très hautes attentes…

- 5,2M€ - Marouane Fellaini : Fellaini a prolongé en novembre 2011 pour devenir le joueur le mieux payé de l’histoire d’Everton. Cette saison, Big Mo empochera un peu moins : suite à son coup de boule sur Shawcross en décembre, Moyes lui a infligé une amende de 170.000 euros, équivalente à… deux semaines de salaire. La saison prochaine, dans son futur club, Fellaini pourrait dépasser Hazard et Kompany.

- 4,5M€ - Daniel Van Buyten : En Belgique, on a parfois tendance à oublier que Daniel Van Buyten joue depuis sept ans dans l’un des clubs les plus riches du monde, et certainement le plus sain. Big Dan y dispose d’un fort beau contrat, qu’il avait prolongé d’une saison l’an dernier. S’il réussit à nouveau à recevoir un nouveau bail pour jouer sous Guardiola, ses émoluments devraient être revus quelque peu à la baisse.

- 4,2M€ - Thomas Vermaelen : Les temps (sportifs) sont durs pour Thomas Vermaelen. Mais ils ne l’étaient pas quand il a paraphé son nouveau contrat la saison dernière. Arsenal est le grand club anglais qui paie le moins bien, mais son défenseur belge ne s’en sort pas trop mal : avec 70.000 livres par semaine, il fait partie du Top 5 des Gunners, où les mieux rétribués sont Podolski et Walcott.

- 3,6M€ - Jan Vertonghen : Le défenseur de l’Ajax avait deux propositions concrètes l’été dernier : elles venaient de Tottenham et… d’Arsenal. Les Spurs ont donc tout fait pour attirer le Diable, en déployant les arguments financiers nécessaires. À Tottenham, il est au-dessus de la moyenne, mais il reste toutefois loin des joueurs comme Adebayor, Bale ou Lloris. Il touche même moins que… Gallas. Allez comprendre.

- 3,5M€ - Moussa Dembélé : Dembélé avait déjà largement fait ses preuves en Premier League au moment de signer du côté de Tottenham, ce qui lui a permis lui aussi de recevoir une assez belle proposition. Manchester United était à l’époque aussi prêt à se montrer généreux, mais Dembélé a opté pour le temps de jeu. Alex Ferguson s’était montré bon perdant et avait félicité Tottenham pour ce transfert.

- 3,4M€ - Kevin Mirallas : Le salaire de Mirallas est plutôt haut pour un joueur provenant d’un petit championnat. Mais l’attaquant avait un net atout au moment de négocier avec Everton : à l’Olympiacos, il empochait pas moins de trois millions d’euros par an ! Son titre de meilleur joueur du championnat et ses prestations avec les Diables lui ont donc permis de déménager avec un salaire à la hausse.

- 3M€ - Axel Witsel : La 9e place de Witsel dans ce classement pourrait en étonner certains. Mais elle doit être relativisée par le système de taxation en Russie : il est très avantageux et le salaire net de Witsel dépasse les 2,5 millions par an ! Si on dressait un classement après impôt, Witsel serait donc le troisième Diable le mieux payé, devant Fellaini. Il ne touche pourtant que la moitié du salaire de son équipier Hulk…

- 2,3M€ - Nicolas Lombaerts : Comme Witsel, Lombaerts bénéficie du taux de taxation très faible du championnat russe (10 à 15 %). Son salaire net tourne donc autour des 2 millions, ce qui le placerait dans le Top 5. On comprend mieux pourquoi il avait déclaré, en signant au Zenit, qu’il avait “gagné à l’Euromillions…” Mais un tel salaire le rend aussi difficilement transférable pour un club étranger.