Lukasz Teodorczyk gagne 2 millions par an à Anderlecht et c’est trop, mais les clubs européens ne le veulent pas.

Lukasz Teodorczyk n’est pas sûr d’encore jouer à Anderlecht la saison prochaine. Le Polonais a un salaire hors normes, et pèse trop sur le budget. Un transfert serait une solution mais quel club européen est encore intéressé après ses mauvais derniers mois ? La Chine peut servir de solution.

Retour au 19 mars. Après plusieurs mois de négociations, Anderlecht trouve enfin un accord de principe avec Teo concernant son prolongement de contrat jusqu’en 2020. Son salaire bat tous les records en Belgique. Il avoisine les deux millions brut par an. Cela signifie six millions en trois ans.

Roger Vanden Stock n’aime pas donner de tels salaires. Defour et Suarez avaient également un contrat en or, mais ils gagnaient moins que deux millions par an.

Seulement, dans le dossier Teo, Anderlecht n’avait pas le choix. Si Teo ne resignait pas, il retournerait au Dinamo Kiev, qui pourrait le vendre pour un montant record. Le Polonais avait marqué 28 fois en sept mois, toutes compétitions confondues. Des statistiques pareilles font baver tous les grands clubs des grands championnats. C’est donc avec le sourire que le Sporting versait la somme de transfert de 4,5 millions à ses amis ukrainiens. Au mercato d’été, Teo serait vendu pour une somme oscillant entre quinze et vingt millions.

Seulement, le moteur de Teo est tombé en panne. Le 12 mars, il a inscrit son 28e but de la saison, contre Waasland. Puis - à partir de son prolongement de contrat - il est resté 834 minutes sans scorer.

Ses prochains buts - ceux à Charleroi - ont offert le titre à Anderlecht. Mais les scouts n’ont pas oublié ses jours sans. Surtout en Ligue Europa contre Manchester United, il a montré ses faiblesses. Et aux entraînements, il n’était plus si appliqué, à la grande frustration de René Weiler, qui l’a mis sur le banc à Bruges.

En ce moment , aucune réelle offre n’est parvenue sur le bureau de Herman Van Holsbeeck. Officiellement, Anderlecht ne dit évidemment pas que Teo est à vendre. Il est le chouchou du public et vu les rentrées de la Ligue des Champions, un salaire de 2 millions ne peut pas perturber les finances du club.

Mais en réalité, Anderlecht espère qu’un club chinois se manifeste, comme il l’avait fait pour Okaka la saison passée. Le deal ne s’était pas fait parce que l’attaquant italien ne s’était pas montré enthousiaste.

Est-ce que Teo serait d’accord de partir en Chine ?

"On verra bien", dit son agent, Marcin Kubacki. "Tout dépend de quel club il s’agit et des conditions. Vous trouvez son salaire trop élevé ? Il a offert le titre à Anderlecht, qui rapporte 25 millions au club…"