© EPA

Football

La Russie en manque de voix ?

Th. B.

Publié le - Mis à jour le

La position de la Russie est plutôt bizarre. Désigné par beaucoup comme favori en vue d’organiser la Coupe du monde 2018, le pays semble assuré de bien peu de voix pour franchir le premier tour de vote. Entre quatre et cinq. Ce qui pourrait d’ailleurs constituer la chance du dossier belgo-néerlandais.

Et, après ce même dossier, c’est aussi la candidature qui a été la plus mise en difficulté par le rapport de la commission d’inspection. Alexei Sorokin, le président du dossier russe, s’est exprimé.

Beaucoup font de votre candidature la favorite pour 2018.

Cela témoigne des progrès considérables que nous avons effectués grâce à des efforts répétés. Les book-makers nous placent en tête. Cela ne nous assure pas de gagner, mais c’est la preuve que notre candidature est saine, solide et compétitive. Le soutien et les garanties du gouvernement russe jouent un rôle crucial dans cette évaluation.

Pourtant, quand on lit le rapport de la commission d’inspection, vous êtes pointés du doigt.

C’est vrai, mais nous avons un programme clair de développement des infrastructures, notamment concernant le transport. Nous connaissons nos problèmes actuels et nous savons quand et comment nous allons les résoudre. Dès lors, ce rapport ne me contrarie pas. Il répertorie la situation actuelle, pas celle qui sera à l’ordre du jour en 2018. Ce document sera étudié avec soin, mais il ne guidera pas totalement le choix. S’il y était écrit que "nous déconseillons d’organiser la Coupe du monde dans ce pays pour telle ou telle raison", l’influence aurait été décisive. Mais il n’y a rien de tout cela.

A lire également

Facebook

Cover-PM

cover-ci

Immobilier pour vous