SAINT-TROND Marc Wilmots ne nourrissait pas le dessein de s'installer à demeure au Staaienveld. Mais avant de le quitter, dans deux ou trois ans peut-être, mission accomplie, il espérait rendre au premier club de l'élite qui lui avait posé le pied à l'étrier stabilité et foi en l'avenir.

L'impatience de ses dirigeants a fait capoter son entreprise.

C'est en mars 2003 que Marc Wilmots est passé, sans transition, du vestiaire de joueur à celui d'entraîneur de Schalke 04, où il remplaça Franck Neubarth au pied levé. En 2001, il était revenu dans ce club qu'il avait déjà servi avec éclat entre 1996 et 2000 et à qui il avait offert la Coupe de l'Uefa en 1997. Il acheva la saison 2002-2003 comme coach en ayant rendu la sérénité au club de Gelsenkirchen. Il se piqua ensuite au jeu de la politique avant de renouer avec d'autres anciennes amours, trudonnaires cette fois. Si sa carrière d'entraîneur reste à bâtir, son palmarès comme joueur est impressionnant: un titre et une Supercoupe d'Europe avec Malines, cinq belles saisons au Standard, une Coupe de l'Uefa avec Schalke, 53 matches de Coupes d'Europe et 70 capes de Diable Rouge.

© Les Sports 2005