Le Bayer Leverkusen a pris une réelle option mercredi sur une place en finale de la Ligue des Champions, en allant faire match nul sur la pelouse de Manchester United (2-2), en match aller des demi-finales, mercredi soir à Old Trafford.

Après quelques belles occasions de Van Nistelrooy (9, 11), et une sortie au poing de Jorg Butt devant Veron (18), la meilleure occasion du début de match, dominé par MU, était pour Solskjaer: amorti de la poitrine et volée instantanée du gauche, mais trop croisée (24), après un ballon prolongé de la tête par van Nistelrooy.

Avec Giggs aux manettes, MU allait être récompensé sur un but heureux: van Nistelrooy, lancé sur la droite par Scholes, centrait pour Solskjaer, dont la reprise instantanée était détournée dans les filets allemands par Zivkovic (29).

Les Anglais menaient donc 1-0 à la pause, face à un Bayer prudent, qui ne s'était manifesté que trois fois: un tir de Ballack (17), une tête de Berbatov (34) frôlant le cadre du gardien français qui n'avait pas bougé, la meilleure occasion allemande, et un joli raid de Basturk conclu par un tir à côté (41).

Neuville surprend MU Dès la reprise, Leverkusen poussait un peu plus fort et arrivait très vite à ses fins: Lucio pour Zé Roberto sur la gauche, changement d'aile pour Schneider qui centrait de la droite pour Ballack, lancé en pleine course, et dont le tir ne laissait aucune chance à Barthez (62).

A peine le temps de se remettre et Zé Roberto balançait Van Nistelrooy dans la surface: carton jaune et penalty, que le buteur néerlandais transformait d'un tir croisé du droit, marquant ainsi son 10e but (en 13 matchs) dans cette Ligue des Champions (66) et redonnant l'avantage aux Red Devils.

MU manquait le break sur un tir de Veron après une talonnade de Giggs, repoussé par une parade fantastique de Butt. Sur la contre-attaque, Neuville, qui venait de remplacer Berbatov, profitait d'un moment de confusion dans la surface anglaise, après un mauvais dégagement de Blanc et égalisait à 2-2, à la surprise générale (75).

Ferguson faisait rentrer Keane (82), Manchester poussait, mais il était trop tard. Les Allemands, déjà responsables cette saison des éliminations d'Arsenal et Liverpool, peuvent rêver d'une autre forme de triplé, dès la semaine prochaine à Leverkusen.