F

orce est de reconnaître que ces derniers temps, le football belge n’a pas donné la plus belle image de lui-même au monde extérieur : il y a eu les dérives racistes à l’égard de joueurs belges issus de l’immigration mais aussi des mots et des gestes inadmissibles à l’égard d’équipes et de supporters tant du sud que du nord du pays. Sans oublier les incidents - graves - de jeu et on ne citera que pour mémoire nos piètres prestations internationales à quelques rares exceptions près.

Dans cet univers sombre, une équipe veut donner l’exemple autrement : c’est celle du Cercle de Bruges !

Dans sa lutte contre la faim, Caritas International pourra en effet compter cette saison sur le soutien des joueurs verts et noirs. Ces derniers ont sélectionné trois programmes défendus par le biais d’actions de sensibilisation et de récoltes de fonds.

Et cela sous le thème "Le Cercle de Bruges, c’est plus que du football". Gagner un maximum de matches reste bien entendu la priorité de l’équipe mais elle sera couplée à un réel engagement social.

Car comme l’a expliqué le sénateur Pol Van Den Driessche (CD&V), administrateur et porte-parole du club "si la crise frappe sans merci chez nous, elle est encore bien plus difficile à supporter dans les pays en voie de développement. C’est ce qui nous a amenés à nous mobiliser avec nos joueurs et nos membres !"

Concrètement l’équipe collaborera donc avec Caritas International pour la bonne cause. Dès ce mois de septembre, sous la conduite artistique du peintre Gratien Dendooven, les joueurs du Cercle ont été invités à créer une œuvre commune sur le thème de la faim dans le monde. A l’évidence, la toile peinte par les joueurs relève plus de l’art abstrait que du figuratif ! Mais qu’à cela ne tienne : elle sera vendue aux enchères et surtout reproduite en milliers d’exemplaires sur une carte de vœux vendue au profit de Caritas.

Pendant toute la saison footballistique, le Cercle et Caritas International mèneront aussi ensemble des actions de sensibilisation et de récolte de fonds en faveur de trois programmes de sécurité alimentaire sélectionnés par les joueurs. Ils viendront ainsi en aide aux enfants atteints de malnutrition sévère à Kinshasa.

Une réelle nécessité comme on a pu le lire mercredi dans nos pages internationales : 11% des enfants en dessous de 5 ans sont sous-alimentés. Une religieuse belge, le Dr Bénédicte Claus est leur personne de référence car elle combat ce fléau depuis plus de 20 ans. Avec succès puisqu’elle a instauré des services spécialisés qui prennent en charge le traitement de ces enfants dans de nombreux centres de santé et dans quelques hôpitaux mais les besoins sont énormes.

Deuxième thème retenu : la prévention du suicide chez les paysans en Inde : selon les sources officielles, entre 1997 et 2005, le nombre de suicides de paysans aurait atteint le chiffre effrayant de 150 000. Un plan d’urgence, soutenant l’agriculture durable, la gestion de l’eau et l’optimalisation des cultures, permettra d’augmenter la production en renforçant la sécurité alimentaire et la situation économique. Un travail de fond afin d’influer sur le moral des agriculteurs. Enfin, le Cercle soutient un projet d’amélioration de la sécurité alimentaire en Ethiopie. Le conflit avec l’Erythrée a déjà coûté la vie à plus de 70 000 personnes. Caritas veut aider les veuves à produire suffisamment de vivres pour nourrir leur famille.

Le Cercle de Bruges ? C’est vraiment un club pas comme les autres