C'est le moment ou jamais de sortir les calculettes! A trois journées du terme de la compétition, aucune décision n'est effectivement encore tombée, même si les verdicts enregistrés ce week-end ont augmenté le pourcentage de certaines hypothèses par rapport à d'autres. C'est, à tout seigneur tout honneur, le cas du Club Bruges qui, depuis vendredi, savait que cette 31e journée ne pouvait que servir ses intérêts. Avec désormais huit points d'avance sur Anderlecht et trois matches à disputer, les Brugeois sont quasiment propriétaires du titre encore détenu par leurs rivaux bruxellois. Il le deviendra d'ailleurs de manière officielle dès vendredi si Balaban et les siens vont s'imposer au Tondreau, et ce, quel que soit le résultat forgé par Anderlecht face au GBA. Si la décision ne tombe pas ce vendredi, il suffira alors à Bruges de prendre deux points de plus d'ici la fin du championnat, et ce, même si le Sporting aligne trois victoires consécutives. Reste, alors, l'hypothèse d'un test-match entre Bruges et Anderlecht: si le leader actuel ne prend qu'un point en trois matches et que son dauphin, lui, dans le même laps de temps, signe un 9 sur 9. Et Anderlecht, nous direz-vous? Peut-il encore raisonnablement penser à conserver son titre? Mathématiquement, la réponse est oui. Champions, les Anderlechtois peuvent effectivement le rester s'ils s'imposent lors de cet éventuel test-match ou, alors, s'ils remportent leurs trois dernières rencontres et que les Brugeois, eux, pendant ce temps, concèdent trois défaites! Suspense, mais lui aussi devenu relatif, avec la lutte pour la troisième place. Là, le grand bénéficiaire se nomme Standard, dont l'avance est désormais de deux unités sur... Charleroi et Genk, deux clubs qui doivent encore s'affronter, ce qui ne pourra que servir les intérêts liégeois s'ils sont gérés avec le même sérieux que celui affiché contre Saint-Trond. Plus féroce que jamais, à l'inverse, c'est le combat pour la survie en division 1. Désormais, ce ne sont plus trois candidats qui en décousent, mais bien cinq, voire six si on y ajoute Beveren, bien pâle depuis quelques semaines. Au jeu des chaises musicales, c'est Mons, cette fois, qui a hérité de la lanterne rouge. Les Montois peuvent-ils espérer s'en défaire alors qu'ils doivent encore se frotter à Bruges et à Anderlecht? Pas sûr. A moins que Mouscron ne soit la très grande victime de cette peur de gagner qui paralyse les mal lotis. Mouscron se déplace, en effet, au Cercle et à Mons avant de recevoir le FC Brussels. Un programme bien plus délicat que celui des Bruxellois et, surtout, des Ostendais. Alors, Mons et... Mouscron vont-ils prendre l'ascenseur pour l'échafaud?

© Les Sports 2005