Ce vendredi, Noa Lang a défrayé la chronique avec un chant pour fêter la victoire du Club de Bruges en Jupiler Pro League. "Plutôt mourir qu’être un juif du Sporting" a-t-il crié avec les supporters. Plusieurs personnalités politiques comme Georges-Louis Bouchez ou Rajae Maouane sont montées au créneau pour déplorer ses paroles "inacceptables" .


Face à la polémique, le Club de Bruges a réagi dans un communiqué de presse. "Les bourrins pour les supporters du Club de Bruges, les Bourges pour les supporters du KV Mechelen, les Schtroumpfs pour ceux de Genk et les Juifs pour ceux du RSCA. Ce sont tous des surnoms bien souvent adoptés par les supporters de l'équipe elle-même", justifie le club.

"Noa Lang a été un joueur de l'Ajax pendant des années. Il a indiqué à plusieurs reprises être un supporter des Amstellodamois. Pourtant, leurs supporters portent également fièrement le surnom "les Juifs". Le chant de Noa Lang avec nos supporters hier soir (NDLR Jeudi soir) après avoir remporté le titre national n'a absolument rien d'antisémite."

Ensuite, le club a tenu à s'excuser si les propos ont pu heurter certains. "Noa ne voulait blesser ou offenser personne de quelque manière que ce soit. Nous sommes désolés si c'est le cas. Le club s'engage pour l'inclusion et la diversité. Toute la grande famille du Club de Bruges espère maintenant pouvoir continuer la célébration de notre titre de façon positive."

Des supporters mauves réagissent

Des supporters anderlechtois ont contacté notre rédaction suite à la réaction de la direction brugeoise. Selon eux, les surnoms "les juifs" n'est absolument pas utilisé par leurs soins pour s'auto-qualifier. 

Ils affirment dès lors que les justifications des dirigeants "blauw en zwart" ne tiennent pas la route. 

La Pro League "déplore" le chant entonné par Noa Lang et les supporters brugeois

La Pro League, l'instance du football professionnel belge, a réagi à son tour vendredi à la polémique autour de Noa Lang et "déplore" le chant entonné par le joueur brugeois lors de la fête du titre jeudi. 

 "Le racisme et l'antisémitisme n'ont pas leur place dans notre société. Les chants qui visent des groupes de population ne doivent plus être banalisés', a réagi la Pro League qui a ajouté qu'elle "demandera des explications au club par rapport au comportement de ses joueurs et de ses supporters concernant les chants offensants qui ont été scandés après le match".