Le Club de Bruges rencontrera Lyon ce jeudi soir en 1/16e de finale de la Coupe UEFA avec une idée de revanche derrière la tête puisque ces mêmes lyonnais avaient éliminé les Brugeois en 1998 au stade des 1/8e.

Pourtant la tâche ne sera pas aisée puisque Lyon a fortement changé en 3 ans. Sur le marché des transferts, l'équipe a dépensé pas moins de 4 milliards depuis lors. Elle a attiré le Brésilien Sonny Anderson pour un milliard et demi, a fait venir des espoirs comme Pegguy Luyindula et Frédéric Née sans oublier certaines valeurs sûres du championnat de France (Eric Carrière) ou du Brésil (Edmilson et Juninho).

Lyon a échoué dans sa quête d'une qualification pour la 2e phase de la Ligue des Champions. Mais en dépit de cet échec, les Gones restent sur un très bon mois. En championnat de France, le vice-champion de France pointe à la 2e position à 4 longueurs du leader lensois après avoir assuré deux matchs de grande qualité face à Lille réputé pour sa défense intraitable (4-2) et à Lorient (0-3).

Lyon possède la meilleure attaque et avec Sydney Govou (5 buts mais diminué après une luxation du gros orteil), Sonny Anderson, Peguy Luyindula et Frederic Nee, Jacques Santini dispose de plusieurs possibilités devant.

Quant à l'équipe brugeoise, elle aborde cette double confrontation avec un moral en hausse. Timmy Simons, Philippe Clément et Gert Verheyen sont revenus de l'équipe nationale avec une nouvelle étiquette de héros après la qualification des Belges pour le Mondial 2002. La meilleure défense de Belgique, qui pourrait se voir privée de Nzelo Lembi, blessé à l'aine, espère servir de rampe de lancement à une attaque qui reste sur une démonstration en Coupe de Belgique (12-2 face à Aarschot).

Enfin, cette rencontre servira également de retour aux sources pour Eric Deflandre qui a évolué au sein de la défense des Blauw en Zwart entre 1996 et 2000. ./.VVS

./. 211243 NOV 01