Le Club ? Un vrai leader !
© Photo News

Football

Le Club ? Un vrai leader !

Michel Dubois

Publié le - Mis à jour le

Le sommet a accouché d’un beau vainqueur et d’un nouveau leader. Parfois nerveux, un tantinet tendu, ce choc demeura propre et ne dégénéra jamais. Il eût été attrayant si Anderlecht avait su se hisser au niveau de son adversaire.

Pour la seconde fois d’affilée, le Club a ouvert le score. Il a, aussi, inscrit quatre buts, performance très inhabituelle dans un choc de cette envergure. Bruges l’a remporté, méritoirement, parce qu’il est apparu comme l’équipe la plus complète, la plus mature, celle qui jouait le plus juste et celle qui recelait le plus de consistance dans toutes ses lignes.

Il fallait un but pour désinhiber ce sommet-là. Akpala aurait dû l’inscrire au quart d’heure et de plein jeu quand, servi par un faux rebond, il s’enfonça seul dans l’axe. Proto lui fit face, en restant sur ses appuis : le Brugeois tira sur lui. Ce n’était que partie remise. Klukowski distilla un coup franc de la droite. Sonck prolongea le ballon de la tête. Seul au second montant, Alcaraz racheta beaucoup de ses errements précédents (1-0).

Timoré jusqu’alors, à l’image de Boussoufa noyé dans l’anonymat, Anderlecht fit mine de s’aérer. Klukowski commit une faute sur Legear à proximité du rectangle. Ce dernier délivra le coup franc. De Sutter égalisa, malgré Stijnen (1-1).

Legear rendit alors la politesse à Akpala en manquant, lui aussi, sa conclusion piquée face à Stijnen. Le Club reprit l’initiative, sans parvenir à trouver l’ouverture. A la 38e, les deux artistes Dirar et Perisic combinèrent le long de la ligne de touche. Le Croate centra pour la tête de Geraerts. En touchant Van Damme, le ballon figea Proto (2-1). Puis Akpala échappa à Juhasz, dévala à grandes enjambées pour servir, à sa gauche, Sonck, qui creusa l’écart en un temps (3-1).

Bien qu’un tantinet plus circonspect, le Club ne céda rien, à la reprise, à un Sporting qui n’osait toujours pas entreprendre. Bernardez "claqué", Anderlecht joua à dix pendant une demi-heure. Sur une remontée de Sonck et un service de Dirar, Vargas creusa l’écart (4-1). L’ultime but, de De Sutter sur un service de Boussoufa (4-2), ne consola guère les Anderlechtois

A lire également

Facebook

Cover-PM

cover-ci

Immobilier pour vous