Le FC Bruges a un objectif simple: devenir champion

Football

MARTIN BUXANT

Publié le

Le FC Bruges a un objectif simple: devenir champion
© BELGA

A Bruges, on ne change pas une équipe qui termine deuxième. Cette saison au Club, une règle sera d'or: la stabilité. Plus question de prendre un départ tonitruant et d'ensuite finir dans la roue d'Anderlecht.

Mise au point: «Je crois que nous avons prouvé que nous étions les seuls challengers d'Anderlecht depuis des années. Mais cette fois, le titre est pour nous! L'Europe reste également une priorité, tout comme la Coupe de Belgique. On s'amuse toujours à mettre le Standard à notre niveau et Anderlecht un peu au-dessus du lot, tout cela n'est pas exact, nous restons le seul challenger des Mauves» avertit Jacques De Nolf, secrétaire général du Club brugeois. Et de préciser: «De toute manière, l'intérêt du football belge, c'est que le plus d'équipes possibles puissent rivaliser avec Anderlecht. Si le Standard parvient à les battre, c'est tout bénéfice pour nous, on encaisse les dividendes». Trois arrivées (Ceh, Hermans et Van de Ven) pour cinq départs (Vermant, Pardo, Gerets, Ysebaert et Wellens), on a déjà vu des intersaisons plus palpitantes.

Une incertitude plane cependant au-dessus du JanBreydelstadium: Nzelo Lembi, le défenseur, sera-t-il oui ou non encore brugeois la saison prochaine? Wait and see...

UN MANQUE DE CONCURRENCE?

On comptera aussi avec le retour de Gert Verheyen, qui a tant manqué au Club lors de certaines rencontres. Pas de doutes, les automatismes seront là. Mais quid de la concurrence, celle qui pousse les joueurs à se dépasser pour conserver leur poste de titulaire? «C'est sûr, nous avons pratiquement le même noyau que l'année dernière,

explique Gaëtan Englebert, le médian brugeois. Pour moi, c'est un avantage considérable, on ne doit pas tout reprendre à zéro, avec un nouvel entraîneur ou une kyrielle de nouveaux arrivants. De fait, je pense que notre collectif, s'il reste solidaire, va une nouvelle fois faire parler de lui dans ce championnat».

L'INDÉFECTIBLE COLLECTIF

Nous y sommes: le collectif brugeois. Une véritable marque de fabrique, une griffe, un style. Dur à la tâche, sobre, mais terriblement régulier et efficace. Un collectif soudé, mis en place par Trond Sollied, l'entraîneur norvégien, à son arrivée au Club il y a un peu plus d'un an. Oubliez le strass et les paillettes, les stars et les passements de jambes techniques, ici, on mise sur le rendement et la rentabilité. Tout porte à croire que c'est ce collectif qui sera, une fois encore, l'atout majeur dans la manche des «Blauw en Zwart» à l'heure d'abattre leurs cartes en championnat. Reste à savoir si, contrairement à la saison dernière, cette équipe, capable du meilleur, va pouvoir éviter le pire. On se souviendra qu'après avoir aligné une impressionnante série de victoires, le collectif brugeois était tombé sur un os, un os mauve et blanc, et à partir de là,

«les choses se sont compliquées, on a commencé à avoir pas mal de problèmes à la finition» termine Englebert.

Toute la «question brugeoise», c'est de savoir si le second peut terminer premier, et si, à défaut d'avoir le plus gros budget (500 millions contre plus de 800 du côté du Parc Astrid), on peut avoir le meilleur rendement.

© La Libre Belgique 2001

A lire également

Facebook

Cover-PM

cover-ci

Immobilier pour vous