Le FC Bruges crée l'exploit au Milan AC
© BELGA

Football

Le FC Bruges crée l'exploit au Milan AC

MICHEL DUBOIS

Publié le - Mis à jour le

ENVOYÉ SPÉCIAL À MILAN

MILAN AC (ITA) 0

CLUB BRUGES 1

MILAN AC: Dida, Cafu, Nesta, Maldini, Pancaro, Brocchi, Kaka (62e Rui Costa), Pirlo, Seedorf (62e Serginho), Shevchenko (75e Tomason), Inzaghi.

CLUB BRUGES: Verlinden, De Cock, Maertens, Simons, Rozehnal, Van Der Heyden, Martens (78e Verheyen), Clement, Ceh (90e Stoica), Gvozdenovic, Mendoza (78e Saeternes).

ARBITRE: M. Ovrebo (Nor).

AVERTISSEMENT: De Cock.

LE BUT: 33e Mendoza (0-1).

Le Club Brugeois a réalisé, hier soir au stade Giuseppe Meazza, une grande performance, la meilleure, sûrement, depuis son retour en Ligue des Champions. Cette victoire qu'il a arrachée sur la pelouse des champions en titre, il ne l'a pas usurpée. Verlinden a certes, de nouveau, joué un grand match mais c'est toute l'équipe qui a forgé ce succès. En gagnant à Milan, Bruges a effacé ses frustrations des deux premiers matches et s'est relancé dans la course à la qualification. Quant à Mendoza, il s'est fait pardonner son incartade fâcheuse contre Vigo.

Le Club Bruges s'était préparé à subir un siège. Il avait donc étoffé sa ligne arrière et confié à Clement et à Ceh la délicate mission d'empêcher Kaka et Pirlo l'un de s'infiltrer dans l'axe, l'autre de délivrer de longs assists à ses attaquants. Mais en positionnant Martens en soutien de Mendoza et en ayant fait rentrer davantage dans l'axe Gvozdenovic, qui allait s'ériger en plaque tournante de la relance, Trond Sollied espérait que son équipe ne demeurerait pas campée sur ses bases arrières.

Verlinden se distingue

Au repos, Bruges avait fait mieux que se défendre: son organisation n'avait pas été prise en défaut, il s'était redéployé en combinant posément mais, surtout, il menait au score en ayant surpris pour la première fois dans cette compétition le gardien des champions d'Europe en titre. Loin devant son rectangle, Clement avait réalisé un superbe travail technique pour éliminer trois adversaires. Gvozdenovic avait poursuivi l'action et alerté, sur la gauche du rectangle Mendoza. Le Péruvien avait parfaitement réglé sa mire à l'instant de décocher son tir croisé imparable (0-1).

Avant et après ce but, le Club l'avait quelquefois échappé belle. À la 15e d'abord quand Maertens s'était laissé surprendre par un long croisement de Cafu qu'Inzaghi n'avait pu exploiter. À la 38e et à la 42e ensuite quand le tir brossé de Seedorf, puis l'envoi croisé de Cafu avaient effleuré les montants de Verlinden. Mais à la 18e, De Cock avait contraint Dida à dévier en coup de coin. Un peu plus tard, une nouvelle feinte de Martens avait ménagé une superbe occasion à Mendoza. L'attaquant avait «croqué» son tir.

L'orage annoncé éclata dès la reprise. Il fut bref mais intense. À la 55e, de l'intérieur du rectangle, Seedorf tenta sa chance. D'un save superbe de la main, Verlinden dévia le tir du Hollandais. Peu après, Shevchenko allongea la liste des envois non cadrés du Milan AC. À la 64e, Verlinden détourna un essai de Rui Costa. Bruges pliait sous la grêle mais il ne rompait pas. Chacun conservait son poste et assumait avec lucidité sa mission. Chacun tirait aussi parfaitement la couverture sans commettre trop de fautes. Mieux: à la 88e minute, Saeternes aurait dû doubler le score. Quant à Verlinden, il continua de se distinguer...

© Les Sports 2003

A lire également

Facebook

Cover-PM

cover-ci

Immobilier pour vous