Le gouvernement togolais a rappelé son équipe samedi après le mitraillage du bus de la sélection nationale qui se rendait à la CAN-2010, a indiqué à Lomé le ministre de l'administration territoriale et porte parole du gouvernement Pascal Bodjona.

"Le gouvernement togolais a décidé de rappeler son équipe. Nous ne pouvons pas continuer dans cette circonstance de drame la compétition de la CAN. Cela a été nécessaire parce que les joueurs sont sous le choc", a déclaré M. Bodjona.

L'attaque vendredi du bus de l'équipe qui venait de franchir la frontière entre le Congo-Brazzaville et l'Angola, a fait au moins deux tués, deux membres de la délégation togolaise.

L'attaque a été revendiquée par le Front de libération de l'enclave de Cabinda (Flec), qui milite depuis 1975 pour l'indépendance de cette bande de terre enclavée entre la République démocratique du Congo (RDC) et le Congo-Brazzaville.

La plupart des joueurs des Eperviers, surnom de la sélection, avaient fait part samedi de leur souhait de ne pas jouer après ce drame. "On n'a pas trop envie" de participer au tournoi, avait dit à l'AFP l'un d'eux, Thomas Dossevi, avant l'annonce de son gouvernement.

"Je suis de retour avec mes équipiers dans notre centre d'entraînement du Cabinda, mais nous voulons tous rentrer", avait expliqué le milieu Moustapha Salifou sur le site officiel de son club d'Aston Villa.

Le Togo sera-t-il remplacé?

Thomas Dossevi a aussi critiqué la Confédération africaine de football (CAF): "On est tous un peu choqués: on se demande pourquoi la CAN se déroule à Cabinda. Comment peut-on organiser un tournoi dans un pays en guerre?" Le règlement de la CAN stipule qu'un "forfait déclaré moins de vingt jours avant le commencement de la compétition finale ou pendant celle-ci" entraîne une "amende de 50.000 dollars" et "la suspension de l'association nationale concernée pour les deux éditions suivantes de la Coupe d'Afrique des nations".

Le règlement prévoit cependant des "cas de force majeure" qui "restent réservés et seront tranchés par le commission d'organisation".

Une équipe qui se retire "avant le début du tournoi final après avoir obtenu sa qualification est remplacée par l'équipe qui la suit dans le classement de son groupe. Sinon, le groupe auquel appartient l'équipe ayant déclaré forfait sera composé de trois équipes", mentionne l'article 84.

Il semble très hypothétique que le Maroc, quatrième de son groupe derrière les trois qualifiés (Cameroun, Gabon et Togo), soit appelé pour participer à la CAN, en raison notamment des délais (le Togo devait entrer en lice lundi).

Des excuses

Le gouvernement du Togo a demandé à la Confédération africaine de football (CAF) de présenter ses excuses après avoir mis en cause le mode de transport choisi par les Togolais pour rejoindre l'Angola, où est organisée la Coupe d'Afrique des nations.

Souleymane Habuba, directeur de la communication de la CAF, s'était interrogé vendredi sur la raison ayant poussé la délégation togolaise à voyager en bus, alors que les 15 autres délégations ont choisi l'avion. "Toutes les équipes avaient leur plan de vol, sauf une, le Togo", avait-il dit.

"Si cet homme a pu parler au nom de la CAF, nous demandons à la CAF de présenter ses excuses au peuple togolais", a déclaré le ministre de l'administration territoriale et porte-parole du gouvernement Pascal Bodjona, après avoir annoncé que le rappel de l'équipe à Lomé à la suite du mitraillage du bus qui a fait deux morts dans la délégation vendredi.

Le comité d'organisation (Cocan) avait expliqué que le Togo n'avait pas précisé les conditions de sa venue.