Les Diables rouges ont hérité d'un groupe E comme excitant !

On n'aurait pu rêver d'un tirage... plus attrayant ! La Belgique a été versée dans le groupe E, aux côtés de l'Italie de Buffon et Verratti, de la Suède de Zlatan Ibrahimovic et John Guidetti et de l'Irlande de Seamus Coleman et Robbie Keane ! Un groupe sans "Petit poucet", mais qui ne fait pas peur au sélectionneur Marc Wilmots. "On a un groupe assez difficile", concède-t-il toutefois. "L'Italie, c'est le premier match, mais on sait qu'on en a trois à jouer. Si on fait éventuellement une erreur, c'est compliqué à rattraper (...) .On accepte ce tirage, on n'a pas le choix."

Pas question cependant de "paniquer" à l'évocation des futurs adversaires européens. "On ne va pas se plaindre", continue Wilmots. "On va jouer nos matches pour les gagner, comme on l'a toujours fait. Ce sont des adversaires qu'on doit battre. Mais tout dépend du match de l'Italie, car celui qui prend trois points est au top et l'autre tout en bas. Mais je pense que l'Italie n'est pas très heureuse non plus. Il fallait l'éviter, on la prend, mais on peut battre n'importe qui. On va prendre le maximum de points."

© Reportage
Et il faudra remplir la mission dans un groupe que beaucoup (dont nous !) qualifient de "groupe de la mort". "Il n'y a pas de groupe de la mort", nuance le coach fédéral. "Sur trois rencontres, tout peut aller vite. On va devoir bien se préparer pour être prêts directement. On dit que parfois, les équipes grandissent dans le tournoi. Nous, on n'aura pas le temps de grandir."

Mais les Diables ont-ils intérêt à terminer premiers de leur groupe ? En effet, achever la phase de poule en tant que leader signifierait que les Belges devraient alors affronter une équipe du groupe D... composé de l'Espagne, de la Turquie, de la République tchèque et de la Croatie. Pas une mince affaire ! En revanche, en tant que deuxième, la Belgique pourrait alors se mesurer à un adversaire du groupe F, où l'on retrouve le Portugal, l'Islande, l'Autriche et la Hongrie. "Notre but est toujours d'être premiers", explique Willy. "On ne doit pas calculer. Ces comptes ne m'intéressent pas. Ce qui compte, ce sont les trois premiers matches. Les deux rencontres à 21h m'arrangent bien, car je préfère jouer en soirée. Le match à Bordeaux est à 15h (NdlR: il s'agit de la deuxième rencontre, disputée face à l'Irlande), mais j'ai déjà joué contre le Mexique (NdlR: c'était lors de la Coupe du monde 1998) et il faisait quarante-six degrés. On jouait bien, mais ce sont des paramètres qu'on ne connait pas encore."

© Photonews
Reste à savoir contre qui Hazard, De Bruyne et consorts vont préparer cet Euro, où l'objectif avoué est une demi-finale. "L'italie, on l'a déjà jouée (NdlR: avec une victoire 3-1 le soir du 13 novembre), on a bien fait ça, on ne doit plus l'étudier. L'Irlande a un jeu semblable à celui du pays de Galles. On va chercher un adversaire comme celui-là. La Suède, on connait aussi, car on les avait affrontés avant le Mondial (NdlR: avec une victoire 0-2 à la clé, mais sans Zlatan Ibrahimovic). Je ne calcule pas, on se concentre sur la préparation, C'est loin, ce n'est que dans six mois. On va faire la meilleure prépa possible. Il faut mettre les choses en place, prendre de la confiance. De toute façon, si on veut atteindre le dernier carré, il faut battre ces adversaires. On va commencer à chercher pour savoir qui va venir pour les amicaux. J'ai des options en tête, mais nous devons voir avec le staff l'agencement de notre préparation. Il y aura un ou deux matches en mars et 2 ou 3 en juin. Cela dépend de ce qui est possible, à Bruxelles ou en stage, c'est aussi à définir en sachant que les règlements nous restreignent de ne jouer qu'un match amical contre une équipe qualifiée pour l'Euro. De même, il faut arriver cinq jours avant le premier match. Peut-être ce sera un peu plus tôt à Bordeaux dans notre cas. Nous allons examiner cela à tête reposée."

Michy se marre, Vertonghen impressionné


© Montage DH
© Montage DH

Antonio Conte: "La Belgique fait partie des favoris de la phase finale"

C'est contre l'Italie que la Belgique débutera l'Euro 2016 le 13 juin à Lyon. Le sélectionneur italien Antonio Conte fait des Diables Rouges un des favoris du tournoi.

"Je pense que la Belgique est une excellente équipe et fait partie des favoris de la phase finale. C'est un groupe jeune, plein d'excellents éléments", a déclaré Conte samedi après le tirage au sort. "La Suède, l'Italie et l'Irlande sont au même niveau. Tout le monde connaît la valeur d'Ibrahimovic. Quant à l'Irlande, elle a un vrai esprit de groupe et joue avec beaucoup d'intensité. Nous devrons faire très attention."

Pour Carlo Tavecchio (président de la fédération italienne), le groupe E est un groupe difficile. "Ca n'est vraiment pas un groupe facile mais le niveau de la compétition est tellement élevé qu'imaginer un parcours sans difficulté n'est pas réaliste. Je suis sûr que nous montrerons sur le terrain que l'Italie vaut mieux que le classement qui lui est attribué en ce moment", a dit Carlo Tavecchio.

La Belgique a battu l'Italie 3-1 en match amical le mois dernier.

Vital Borkelmans: "Un tirage plus difficile qu'attendu"

"C'est un tirage difficile, plus difficile que ce à quoi nous nous attendions", a raconté l'adjoint de Marc Wilmots après le tirage au sort.

"Nous n'avons pas le groupe le plus difficile, donc nous ne pouvons pas être mécontents. Nous devons jouer la victoire du groupe et la qualification au deuxième tour", a ajouté Borkelmans, qui remplaçait Wilmots dans la capitale française. Le sélectionneur national ne pouvait pas être présent en raison des funérailles de son beau-père. La Belgique, numéro un du classement FIFA, était tête de série.

"Ce premier match sera d'emblée une sérieuse épreuve de force. Si tu négocies bien cette rencontre, tu es bien parti. Les conditions seront complètement différentes que le mois passé. Nous devons nous attendre à un tout autre match. La Suède a bâti son équipe autour d'Ibrahimovic. L'Irlande est très forte physiquement. Ce ne sont pas des adversaires faciles, mais nous avons aussi nos qualités et nous devons résolument viser la première place", a ajouté Borkelmans. "De plus, nous jouons à Bordeaux, Lyon et Nice. Les distances ne sont pas grandes."


Thibaut Courtois: "Pas un tirage facile"

Lors du tirage au sort, samedi soir à Paris, les Diables Rouges ont été versés dans le groupe E où ils affronteront l'Italie (13 juin), l'Irlande (18 juin) et la Suède (22 juin).

"Ce n'est pas un tirage facile, mais nous devons composer avec le tirage que nous avons reçu", a déclaré le numéro 1 des Diables Rouges et de Chelsea dans une première réaction accordée à Sporza. "L'Italie est un adversaire difficile, contre qui nous avons joué il n'y a pas longtemps. La Suède a une star absolue dans son effectif, Zlatan Ibrahimovic. Et l'Irlande a un bon collectif. Il n'y a pas vraiment de stars, mais c'est une équipe difficile à jouer", a estimé le gardien.

Les Belges débuteront leur Euro le 13 juin contre la Squadra. "Nous devrons immédiatement être bien. Au Mondial au Brésil, nous avions bien commencé le tournoi avec notre victoire contre l'Algérie et après fait un neuf sur neuf. Les Italiens sont nos plus gros concurrents pour la première place du groupe", a ajouté Courtois.


De Keersmaecker s'attend à du spectacle contre l'Italie

Les Diables Rouges débuteront leur Euro par un match au sommet contre le vice-champion d'Europe en titre, l'Italie, dans le groupe E. "Je pense que ce premier match contre l'Italie offrira directement du spectacle", a commenté le président de l'Union belge François De Keersmaecker, samedi, à l'issue du tirage au sort au Palais des Congrès.

"Ce n'est certainement pas un tirage facile, car l'Irlande et la Suède sont aussi des équipes valables. Peut-être que Marc Wilmots a oublié de donner sa patte de lapin à Vital Borklemans? Nous devons toutefois rester positifs. Nous aurons de l'ambition contre toutes les équipes."

Il s'agira du premier Euro en tant que président fédéral pour De Keersmaecker. L'avocat rêve à voix haute du deuxième tour. Les deux premiers de chaque groupe et les quatre meilleurs troisièmes accèdent aux huitièmes de finale. En gagnant son groupe, la Belgique affrontera le deuxième du groupe D (avec l'Espagne tenante du titre, la République tchèque, la Turquie et la Croatie). S'ils terminent deuxièmes, les Diables Rouges seront attendus par le vainqueur du groupe F (Portugal, Islande, Autriche, Hongrie). "À partir des huitièmes de finale, tout est possible. Si nous gagnons le groupe, nous jouerons contre le deuxième du groupe D, et dans l'autre cas, nous affronterons le vainqueur du groupe F. Dans les deux cas, il y a des possibilités, et je pense que la voie est ouverte vers la Coupe", a conclu le président avec un clin d'oeil.