Le K.-O. signé... Tailson!
© Belga

Football

Le K.-O. signé... Tailson!

Jean-François Prévost

Publié le - Mis à jour le

«La situation est grave mais pas désespérée.»

Combien de fois cette formule, qui a prêté titre à une comédie franchouillarde du cinéma des années soixante, n'a-t-elle pas été prononcée comme pour se rassurer... parfois en dépit du bon sens?

Elle est désormais de mise dans les sphères du Mambourg où le Sporting local est au bord du gouffre après sa défaite d'autant plus coupable que méritée face à son homologue de Lokeren. Après s'être incliné face au CS Bruges, à l'Antwerp et à Heusden-Zolder, c'est la quatrième fois au cours du deuxième tour du championnat que Charleroi subit une défaite lourde de conséquences lors d'une confrontation avec un rival direct dans la lutte pour le maintien, si bien que l'on ne voit presque plus comment les Zèbres (qui doivent encore rencontrer les Mouscronnois et se déplacer à Sclessin, faut-il le rappeler?) pourront se tirer d'affaire sans un concours de circonstances... comme le fameux coup de main des Loups qui se sont imposés à Deurne. Car si les Anversois avaient gagné samedi soir, la situation du club carolo serait, aujourd'hui, assurément plus désespérée que grave. Toujours est- il que le Sporting, dont la fin de programme est pour le moins ardue, va devoir récolter un point de plus que l'Antwerp et laisser Heusden-Zolder - qui s'est rapproché à un point - derrière lui, de préférence en l'espace des trois journées de compétition à venir, car les positions risquent d'être figées à nonante minutes du terme, comme cela n'est pas rare. Or on est en droit de se demander si l'équipe de Robert Waseige a les moyens et surtout si ses joueurs sont animés d'une force mentale suffisante pour sauver ce qui peut encore l'être alors que le terrible échec de samedi va inévitablement laisser des traces. D'autant que les Zèbres ont fourni une prestation extrêmement pauvre qui a largement diminué le crédit qui leur restait pour ne même pas faire illusion face à des Waeslandiens solidement organisés. Quelques timides escarmouches d'Olufade, d'Ikpeba, de Dufer et d'Oulmers ne suffirent pas à inquiéter, voire solliciter De Wilde qui se contenta, tout au long de la soirée, de cueillir l'un ou l'autre ballon et de regarder les nombreux tirs hors cadre. Tout doucement mais sûrement, Tailson pointa alors le bout du nez et même celui de sa godasse. L'attaquant brésilien aurait même ouvert la marque quelques minutes avant le repos si Laquait n'avait signé une grande sortie dans ses pieds. On se rendit compte que les Lokerenois étaient plus présents sur le terrain à la reprise alors que les Carolos n'usèrent que de longues balles inoffensives. Et sur un coup franc de Kristinsson, Tailson émergea de la tête comme à la parade pour ajuster sa reprise dans le coin opposé. Olufade manqua l'égalisation à la réception d'un tir de Kere mal intercepté par Doba, mais une minute plus tard, sur un coup de coin délivré par Oulmers avec effet, Ikpeba se précipita au premier poteau et, apparemment plutôt que de ponctuer lui-même, obligea Doba à dévier le ballon dans le but. Sur la remise en jeu, Zoundi déboula et centra pour Tailson qui remit les pendules à l'heure en un laps de temps d'à peine cinquante secondes. C'était le K.-O., seul un bon coup franc légèrement mais suffisamment dévié de Chabaud suscitant encore l'émotion.

au tapis. (BELGA)

© Les Sports 2004

A lire également

Facebook

Cover-PM

cover-ci

Immobilier pour vous