La police a perquisitionné dimanche le cabinet et le domicile du docteur Leopoldo Luque à la recherche d'éléments sur une éventuelle négligence professionnelle, selon le parquet et des images diffusées par la télévision. Cette mise en cause du docteur Luque, qui avait opéré Maradona d'un hématome à la tête au début du mois, n'implique pas automatiquement une garde à vue ou une privation de liberté, ont précisé ces sources judiciaires.

Certains témoignages, provenant de l'entourage proche du défunt, ont fait état d'une dispute entre Luque et Maradona. Cette enquête a été déclenchée par les déclarations de Dalma, Gianinna et Jana, trois filles de Maradona, sur la manière dont le problème cardiaque de l'ancien footballeur a été géré dans sa résidence de Tigre, au nord de la capitale argentine.

"Nous continuons les investigations en recueillant des témoignages, dont ceux de membres de la famille" de Diego Maradona, a indiqué une source judiciaire de San Isidro.

Le Dr Luque, contacté par l'AFP, n'a pas souhaité faire de commentaire.

Le champion du monde de 1986 se trouvait chez lui à Tigre, localité à 30 km au nord de Buenos Aires, au moment de son décès. Il y résidait depuis le 11 novembre, après être sorti d'une clinique où il avait été opéré six jours plus tôt d'un hématome sous dural à la tête. Le justice a aussi cherché à savoir dans quelle condition Maradona avait quitté la clinique de Olivos où il avait été opéré pour réduire cet hématome.