Réussir une période de transfert, ce n’est pas juste trois contacts et de deux coups de fil bien placés à la dernière seconde. Depuis des mois déjà, les agents belges et étrangers étudient les besoins de leurs poulains et ceux des clubs desquels ils sont proches.

Ce sont principalement les joueurs dont ils défendent les intérêts qui préoccuperont les managers. "Je fais toujours passer mes gars avant toute chose , commente Kismet Eris, l’agent de Christian Benteke. Je sais lesquels doivent bouger. J’ai analysé leur situation et je me suis mis à la recherche de pistes pouvant leur offrir une solution sportive."

Il confie tout de même que le mercato hivernal n’est pas idéal pour certains joueurs, ceux qui sont moins en vue dans leur compétition par exemple. "Les clubs ont besoin d’une plus-value directe, d’un joueur qui sera instantanément efficace, poursuit Eris. Ce n’est donc pas simple de trouver un bon deal pour des joueurs en manque de temps de jeu."

Une manière de penser qui se rapproche de celle de Patrick De Koster. L’agent de Kevin De Bruyne, Faris Haroun et d’autres, réalise toujours des contacts préalables avec les formations afin de savoir ce qu’elles recherchent. "En fait, il faut comprendre leurs desiderata, comprendre le profil qu’ils désirent recruter , explique De Koster. De là, on fait le point avec nos contacts et nos collaborateurs en essayant toujours de placer un de nos gars."

Leur fonction déborde souvent de la simple représentation de leur portefeuille de footballeurs. "Parfois, je suis mandaté par l’un ou l’autre club pour leur amener certains joueurs. Quand je sais ce qu’ils veulent, certains noms arrivent directement en tête. Nous avons des outils de screening évolués et puis, à force de faire le tour du monde chaque année, nous avons une bonne connaissance de nombreux joueurs."

La préparation a donc été cruciale mais l’improvisation et la capacité d’adaptation seront importantes car les transactions de dernière minute et les revirements de situations au niveau des décisions seront nombreux, comme lors de chaque mercato…Romain Van der Pluym