Le miracle n’a pas eu lieu
© BELGA

Football

Le miracle n’a pas eu lieu

Benoît Delhauteur

Publié le - Mis à jour le

Envoyé spécial à Amsterdam

L’Arena n’a pas été construite à Lourdes, mais à 1.345 kilomètres de là, à Amsterdam. Il n’y a pas eu de miracle hier soir. Anderlecht a été éliminé et il n’est pas parvenu à relever la tête en ces temps difficiles.

Durant les dix premières minutes, les Mauves avaient pourtant fait illusion. En peu de temps, ils s’étaient montrés plus dangereux que pendant toute la rencontre à Westerlo, avec un tir contré de Lukaku et un essai trop enlevé de Kanu. Puis, l’Ajax a accéléré et a tiré le rideau.

Après 17 minutes, le match était déjà plié et le suspense tué (2-0).

Ses deux buts ont, comme à l’aller, au grand jour les carences de la défense anderlechtoise lors des matches de haut niveau. Et Lecjaks n’est pas le seul responsable : il y a aussi eu des problèmes d’alignement et de couverture, ainsi que des relances manquées. Toute la différence avec le duo Vertonghen-Alderweireld

Le Sporting a timidement tenté de revenir mais l’Ajax a gardé le contrôle. Les Amstellodamois ont d’ailleurs donné l’impression d’en garder sous le pied, sans quoi le score aurait pu être plus lourd. L’addition des deux matches reste toutefois très salée : 5-0. C’est énorme, face à un adversaire que les observateurs estimaient du même niveau que les Bruxellois. L’Ajax a prouvé que ce n’était pas vrai : hier, il a largement justifié sa qualification.

Les Mauves, eux, viennent de subir leur troisième défaite de rang, toutes compétitions confondues. C’est la seconde fois cette saison que cela lui arrive. C’est sûr : Anderlecht doute.

Frank de Boer ne cachait pas sa satisfaction: "Nous avons rendu heureux notre nombreux public, l’objectif est largement atteint en plus de la qualification. J’estime que nous avons livré une bonne prestation, surtout au niveau de l’organisation. Pour preuve, on a concédé très peu d’occasions tout en nous en créant nous-mêmes plusieurs. Ce jeudi, la différence entre les deux équipes était plus grande qu’au match aller à Bruxelles. Je peux comprendre que moralement, cela a dû être très difficile pour les Anderlechtois une fois qu’ils furent menés."

Et Jan Vertongen de conclure: "Nous avons rendu deux très belles copies face aux Mauves mais cela ne veut pas dire qu’ils étaient tellement faibles malgré la sévérité des chiffres."

A lire également

Facebook

Cover-PM

cover-ci

Immobilier pour vous