Si les médias nationaux ne se sont pas étalés sur le décès de Malanda, les fans de sport et le monde du football étaient sous le choc. "Trop tôt", "Mais pourquoi ?" ou encore tout simplement "RIP Junior Malanda" des centaines de messages ont afflué chaque heure sur les différents réseaux sociaux depuis l’annonce de l’accident mortel.

La Belgique pleure son espoir et c’est chez les proches du Bruxellois que le choc fut le plus violent. Ses amis d’enfance du Parc Piersoul se sont voulus discrets, trop choqués pour pouvoir parler sans s’effondrer. Pareil pour certains membres de son encadrement qui avançaient le fait que rien ne pourrait le ramener auprès de ses amis.

Les meilleurs amis du garçon d’à peine 20 ans ne savaient pas où se mettre. Tortol Lumanza n’a d’ailleurs pas terminé l’entraînement de dimanche matin. Trop choqué, le jeune homme a été pris en charge par le coach mental des Rouches.

Lumanza a posté plusieurs messages en hommage à son pote. "On a grandi comme des frères. On mangeait ensemble, on dormait ensemble, on faisait nos devoirs ensemble. Je ne trouve pas les mots et je les trouverai vraiment jamais. Mais je t’aime mon frère et je t’aimerai toujours. Je ne t’oublierai jamais et tu me manqueras toujours."

"Repose en paix Junior"

Yannis Mbombo était également sous le choc et n’a pas voulu s’exprimer. Lui, comme les autres amis connus à Bruxelles, n’a pu que souligner leur tristesse. "Aucun mot pour décrire la peine que je ressens… Repose en paix Junior mon frère, tu es parti trop tôt", a lâché Michy Batshuayi tandis que Yannis Mbombo a posté ceci : "Je me dois d’être plus fort pour lui. Me battre et atteindre mes objectifs car il aurait donné sa situation pour nous #RIPJuniorMalanda."

Les Diables rouges ont également perdu un ami et l’ont fait savoir par leurs diverses petites intentions. C’est ce qu’a fait Vincent Kompany, qui le connaît depuis qu’il est haut comme trois pommes, en l’invitant à reposer en paix et en concluant son message par un "petit frère".

De nombreux internationaux le connaissaient un peu mais certains étaient proches de lui. Les frères Lukaku étaient littéralement brisés. Au moment de poster une vidéo en souvenir de son pote, Romelu avouait qu’il n’avait pu retenir ses larmes. Big Rom a d’ailleurs posté un message touchant. "Junior, pourquoi toi mon frère ? Mon frère, un de mes seuls et uniques amis. Je n’arrive pas à croire que tu n’es plus là. Les larmes ne font que couler depuis que j’ai appris cette horrible nouvelle. Rien ne sera jamais plus pareil pour Jordan et moi."

Encaisser la nouvelle

La Pro League n’a pu qu’encaisser la nouvelle. Les clubs ont publié des messages de condoléances mais c’est surtout du côté de Zulte Waregem, d’Anderlecht et du RMP que la tristesse était palpable. Théo Bongonda était dégoûté ("Repose en paix mon frère que Dieu t’accueille dans son monde. Tu es parti trop tôt !") tout comme Ibrahima Conte ("Ce n’est pas possible. Je n’arrive pas à le croire. Tu vas nous manquer. Que ton âme repose en paix."). Fernando Da Cruz, coach ad-interim du RMP et ancien coach à Lille de Junior au LOSC, s’est aussi exprimé "J’en ai eu les jambes coupées. Tant le joueur que l’homme me manqueront."

Beaucoup d’autres personnalités de notre football ont tenu à soutenir la famille du joueur. Le deuil s’est même étendu outre-Quiévrain et particulièrement à Lille où le joueur a en partie été formé. Le Losc a communiqué comme Rio Mavuba, l’un des cadres lillois. "Mon cœur pleure une nouvelle fois cette semaine. Junior, que la terre te soit légère."

La nouvelle a également fait le tour des hautes sphères du football mondial. Sepp Blatter, président de la Fifa, a présenté ses condoléances aux proches du joueur. Une preuve de plus pour affirmer que le football pleure Junior Malanda.