Le thriller rebondit ce week-end. Un élément neuf va venir éclairer une énigme de plus en plus opaque et passionnante: la confrontation, à visages découverts, de deux des trois candidats au titre. Bruges-Standard ne recèle pas encore tout à fait la patine des affrontements entre Anderlecht, l'éternelle référence de notre compétition, et le Club, qui ont orienté les championnats de la dernière décennie, ou les chocs, à jamais chargés d'histoire, de panache et de bravoure, entre le Sporting et un club liégeois enfin redevenu valeureux. Bruges-Standard, c'est toujours un heurt sans complaisance entre deux formations de caractère. Même si son enjeu apparaît moins décisif qu'il y a deux saisons par exemple, parce que situé plus avant dans le calendrier, ce sommet vient à son heure. Presque à la dérive dans une large tranche du premier tour, le Club a profité des errements répétés d'Anderlecht et du Standard pour recomposer avec eux le trio vedette du championnat. Les Brugeois ne sont pas rentrés meurtris de Rome. Des trois grands, ils apparaissent depuis plusieurs saisons déjà comme les plus costauds à domicile même si, à l'inverse de l'intransigeant Anderlecht, ils y ont concédé une défaite. Le Standard est le premier ténor qui s'y déplace. Bruges l'attend avec... gourmandise. Mais le club liégeois ne s'y rend pas sans arguments. Le Standard est redevenu le leader unique du championnat pour la... deuxième fois seulement en trente ans à ce stade de la compétition. La formation wallonne apparaît aussi comme la moins performante des ténors à domicile mais la plus efficace à l'extérieur. (M. D.)

© Les Sports 2006