L'après Gantoise - Standard a été mis en continuation jusqu'au début du mois de mai par la section de football rémunéré du comité sportif. Le parquet de la fédération souhaite en effet pouvoir poursuivre son enquête qui s'est limitée jusqu'à présent aux éléments qui figurent sur le rapport d'arbitre. C'est-à-dire peu de chose puisque l'arbitre M. Vandevelde s'en est tenu à ce qu'il a vu ou ce qui a été donné de voir à ses adjoints. Tous ces éléments étaient connus: le tumulte qui suivit le coup de sifflet final et l'agressivité verbale de D'Onofrio senior, le seul nom qui figurait dans le rapport.

Le parquet, représenté par le procureur adjoint Marc Reubens a fait visionner une vidéo (non diffusée à la télévision) de ce qui s'était passé sur le terrain après la rencontre et le «cordon sanitaire» de stewards qui a protégé M. Vandevelde. Lors de la prochaine audience, il fera visionner une autre vidéo montrant ce qui s'est passé dans les couloirs menant au vestiaire où le tumulte fut bien pire encore.

Emile Mpenza cité

«Là, il y avait 60 personnes dont je n'ai pu identifier qu'une infime partie», expliqua M. Vandevelde. L'arbitre a également spécifié qu'il n'avait pas vu de joueurs impliqués dans le désordre, sauf Ivica Dragutinovic qui tentait de calmer les plus excités. Son juge de touche pourra préciser qu'il y avait une personne portant un blouson de cuir noir et une autre personne avec une écharpe rouge. Aucun des officiels n'a pu déterminer qui avait démoli la porte du vestiaire.

A une question du procureur, le quatrième arbitre dira que d'après la presse, il s'agirait d'Emile Mpenza.

Vint ensuite l'interrogatoire de Luciano D'Onofrio, présent à l'audience, même pas comme témoin et malgré un vice de forme dans sa convocation.

Pierre François explique qu'il est venu par respect pour les instances de l'Union Belge et pour éclairer le comité. Marc Reubens n'a rien trouvé dans les règlements qui permette au comité de sanctionner D'Onofrio qui n'est pas affilié à la fédération. Celui-ci a répondu aux questions.

«Je suis venu dans la zone neutre en descendant l'escalier de la tribune avec le président gantois Ivan Dewitte. Je n'ai jamais agressé personne physiquement mais uniquement verbalement. Ce n'est pas mon procès mais celui de l'arbitrage.»

Au début du mois de mai, le parquet veut encore citer Emile Mpenza, le club de La Gantoise et différentes personnes. Voilà encore une affaire à suivre...

Fin de saison pour Bangoura

Par ailleurs, au plan sportif, la blessure encourue lundi par Sambegou Bangoura lors d'un match de réserves est très sérieuse. Il est touché aux ligaments internes de la jambe droite et devrait prématurément mettre un terme à sa saison. Sorondo, de son côté, a été ménagé. Fabian Carini (main) et Danny Boffin ont été quelque peu ménagés.

© Les Sports 2004