© AP

Football

"Le plus beau des trophées"

Thomas Busiau

Publié le - Mis à jour le

France Football" a de plus en plus de difficultés à maintenir son vote secret. Les fuites avaient désigné le Top 10 dans l'ordre bien avant la cérémonie.

Le suspense résidait donc dans l'avance que le génial brésilien, Ricardo Izecson dos Santos Leite dit Kaká, allait posséder sur son dauphin, Cristiano Ronaldo, de trois ans son cadet. Grâce à la 9e moyenne de l'histoire, il devance de 167 points le prodige portugais de MU. Il devient ainsi le quatrième brésilien distingué après Ronaldo (1997 et 2002), Rivaldo (1999) et Ronaldinho (2005) et le 6e élément évoluant à l'AC Milan après Gianni Rivera (1969), Ruud Gullit (1987), Marco Van Basten (1988, 1989, 1992), George Weah (1995) et Andrei Shevchenko (2004).

S'il est capable de l'une ou l'autre excentricité (comme louer la tour Eiffel cette semaine), Kaká est une star modeste qui n'a pas fait - au contraire de Ronaldinho - du monde de la nuit sa seconde résidence. Il est rarement présent aux mondanités et préfère étaler son talent sur les pelouses même si on le voit de plus en plus dans les magazines people et que son élection ne devrait pas freiner cet élan. Dès son trophée en mains, il a d'ailleurs pris le soin de souligner son amour à Dieu "qui m'a accordé un don que je dois exploiter pour le remercier."

Pasteur évangélique

Dieu qui, pour Kaká, lui a permis de remarcher après sa vertèbre brisée à l'âge de 15 ans, à la suite d'une chute dans une piscine. Dieu qu'il entend aussi servir après sa carrière de sportif en devenant pasteur évangélique. Dieu, enfin, qui lui a offert la succession de Fabio Cannavaro, 24e cette année. "Ce Ballon d'Or vient récompenser une année spéciale pour moi, poursuit Ricardo sur www.francefootball.fr. La première fois que j'ai entendu parler du trophée, c'était en 1999 lors de la victoire de Rivaldo. Le sacre de Ronaldo, en 1997, ne m'avait pas marqué. J'ai vite compris l'importance et le prestige de ce prix. Assez vite, inscrire mon nom à ce palmarès est devenu un objectif. Le Ballon d'Or est le plus ancien, le plus reconnu, le plus beau des trophées individuels. Et donc, le plus convoité."

Le 17 décembre, le Brésilien devrait être désigné footballeur de l'année par la Fifa. Ce vote-là est émis par les sélectionneurs et les capitaines des équipes nationales. "J'aimerais réaliser l'exploit, comme les recordmen, de m'approprier trois Ballons d'Or. Mais je dois d'abord songer à en remporter un second."

Kaká a recueilli 78 premières places (sur 96 votants).

A lire également

Facebook

Cover-PM

cover-ci