Le Portugal est en crise. Et pas qu'au niveau financier. Déjà dos au mur après leur défaite 1-0 face à l'Allemagne, les Portugais devaient l'emporter face au Danemark. Des Danois pointés comme les petits poucets de ce groupe de la mort. Et pourtant. Les Vikings évoluent sans complexe dans cet Euro, en témoigne leur victoire face au Pays-Bas en match d'ouverture de ce groupe B.

Et la tendance se confirme en début de match. Dès la 3e minute, ce sont bien les Nordiques qui se montrent les plus dangereux. Sous pression, les Lusitaniens comptent sur leur star Cristiano Ronaldo pour les tirer de ce mauvais pas. Mais le joyau du Real Madrid manque son tir à la 17e. Cinq minutes plus tard, c'est un autre Portugais qui s'illustre. Sur un corner de Moutinho à la 24e minute, Pepe surgit et plante une tête décroisée que Stephen Andersen ne peut capter. Plus habitué à faire parler de lui à cause de ses « pétages de plombs », le défenseur libère toute une nation. Peu après la demi-heure de jeu, le Portugal double la mise via Helder Postiga. Sur un super centre de Nani, l'attaquant de Saragosse expédie le ballon au fond des cages adverses. Pendant ce temps, Ronaldo doit se contenter d'occasions ratées. Mauvais pour l'égo du Portugais...

Bendtner (presque) sauveur de la nation

Mené 2-0, le Danemark ne panique pas. A la 41e, son buteur maison Nicklas Bendtner maintient son équipe à flot. Sur un centre de Krohn-Dehli, le joueur de Sunderland ramène ses coéquipiers à 2-1. La fin de la mi-temps est plutôt en faveur des Portugais. Mais ceux-ci manquent pourtant de réalisme.

Toujours dominant en début de 2e période, le Portugal ne parvient décidément pas à la mettre au fond. Tout profit pour le Danemark. A l'image de cette frappe surpuissante de Kvist à l'heure de jeu, les Danois continuent de pousser malgré la domination adverse. A la 77e minute, Cristiano Ronaldo a une opportunité en or de mettre son équipe à l'abri. Tout seul devant le gardien, CR7 rate le coche. Caramba encore raté, le Merengue peut s'arracher les cheveux (et la gomina) ! De l'autre côté, la persévérance paye. A 10 minutes du terme, Bendtner, encore lui, s'offre un doublé et rétablit le score à 2 partout. Les têtes sont basses, très basses côté lusitanien.

A 3 minutes du terme, les Portugais peuvent quasiment acheter leur billet retour direction Lisbonne. Mais Varela a comme une envie de rester en Ukraine. Vare qui ? Silvestre Manuel Gonçalves Varela, joueur du FC Porto entré à la 84e minute à la place de Raul Meireles. L'ailier s'y reprend à deux fois avant de tromper Andersen d'un tir puissant. Bien vu, Senhor Paulo Bento.

Le score en restera à 3-2 pour un Portugal qui a eu aussi chaud qu'un bacalhau sur le grill. Revenus à hauteur de leurs adversaires du jour, Pepe, Ronaldo et cie comptent sur les Allemands pour les débarrasser des Pays-Bas. Les Oranje vont devoir se coltiner des Allemands en pleine confiance pour tenter de prolonger leur séjour en Europe de l'Est. Ach !