L’Inter a remporté son cinquième scudetto de rang dimanche, un deuxième succès cette saison après la Coupe d’Italie, qui en appelle désormais un autre plus prestigieux encore et attendu depuis 45 ans par le club milanais : la Ligue des Champions. Sous la pression de la Roma (2e) jusqu’à la dernière journée, les "Nerazzurri" n’ont pas craqué et se sont imposés à Sienne (0-1), club déjà relégué, grâce au 22e but de Diego Milito (57). Naturellement, les joueurs se sont laissés aller après le coup de sifflet final et lors de la remise du trophée - sous l’œil d’un Jose Mourinho extrêmement ému -, mais tout en ayant d’ores et déjà l’esprit tourné vers le stade Santiago-Bernabeu à Madrid.

Dans moins d’une semaine, le 22 mai, ils y défieront le Bayern Munich pour conquérir la C1, une compétition que le club n’a plus remporté depuis son doublé en 1964 et 1965. Et au vu de leur parcours - élimination de Chelsea et du FC Barcelone -, les Milanais peuvent légitimement aspirer à un succès et réaliser ainsi un triplé historique car jamais réalisé en Italie.

Pour l’Inter, il s’agit du 18e "scudetto" en 102 ans d’existence, ce qui lui permet de dépasser au nombre de titres son grand rival de l’AC Milan (17 titres), tout en demeurant encore à distance de la Juve, sacrée à 27 reprises. Il s’agit aussi du cinquième titre consécutif (celui de 2006 avait toutefois été attribué à la suite du déclassement de la Juventus et de l’AC Milan, impliquées dans le scandale des matches truqués), et du deuxième en Série A pour Mourinho. Le technicien portugais avait déjà bissé au Portugal avec le FC Porto (2003, 2004) puis en Angleterre avec Chelsea (2005, 2006).

Au final, l’Inter peut s’enorgueillir de 24 succès, 10 nuls et seulement 4 défaites, ainsi que de la meilleure attaque (75 buts) et de la meilleure défense (34 buts encaissés). (AFP)