Le Real en démonstration

L. G. Publié le - Mis à jour le

Football

ANDERLECHT 0 REAL MADRID 2

ANDERLECHT: De Wilde, Crasson, Ilic, Traore, Hendrikx, Baseggio (46e El Said), Vanderhaeghe, Hasi, Iachtchouk (79e Thompson), Aruna, Mornar.

REAL MADRID: Cesar Sanchez, Salgado, Pavon, Hierro (60e Gonzalez), Roberto Carlos, Mc Manaman (70e Savio), Celades, Makelele, Figo, Raul, Guti (77e Morientes).

ARBITRE: M. Fisker (Dan).

BUTS: 18e: Ilic (csc, 0-1), 35e: McManaman (0-2).

AVERTISSEMENTS: Dindane (47e), Crasson (55e).

Lorsque le Real Madrid était venu rendre visite au Sporting d'Anderlecht en Ligue des champions l'année dernière, les Espagnols avaient aligné leur noyau B, permettant ainsi aux Bruxellois de remporter un nouveau match dans la prestigieuse compétition, et surtout d'engranger quelques dizaines de millions BEF supplémentaires. Mais à cette époque, le Real était déjà qualifié pour le stade suivant de la compétition et n'avait rien à gagner de son déplacement en Belgique. Ce n'était pas le cas ce mercredi soir, puisqu'il manquait encore un point au Real pour s'assurer la qualification. Le onze de base aligné au coup d'envoi mardi soir au Parc Astrid était donc le meilleur possible actuellement, compte tenu de la suspension de Zinedine Zidane.

Du côté anderlechtois, on avait pris connaissance de la victoire romaine à Moscou et l'on se disait certainement que c'était une bonne affaire pour eux qui visent modestement la troisième place du groupe A, garantissant une seconde chance européenne, via la Coupe UEFA. Rassuré par ce résultat, le Sporting se montra relativement entreprenant en début de rencontre, par le biais de Iachtchouk et Mornar.

Les Madrilènes leur répondirent rapidement. Sur un tir lointain de Roberto Carlos, Ilic, semble-t-il, dévia malencontreusement le ballon dans son propre but, pressé qu'il était par Raul, à qui l'on accorda finalement le but (0-1). Un but malheureux qui plaçait les Espagnols dans une situation idéale. On pouvait raisonnablement craindre pour les filets de De Wilde. Impression justifiée un quart d'heure plus tard, lorsque McManaman concluait victorieusement, d'un tir dans la lucarne, une remarquable action collective espagnole, qui illustrait parfaitement la différence de niveau entre les deux équipes (0-2). Attention au ridicule!

Les Anderlechtois l'évitèrent. Au retour sur la pelouse, ils se ruèrent courageusement, mais maladroitement, à l'assaut du but de Cesar, tandis que les Madrilènes levaient légitimement le pied. Mais le score ne changea plus.

Comme prévu, le Real sera de la seconde phase. Pour les Anderlechtois par contre, même si une qualification est encore mathématiquement possible, l'objectif est plus que jamais de terminer troisièmes, devant des Moscovites à leur portée.

© La Libre Belgique 2001

L. G.

Facebook

Ailleurs sur le web

Les + consultés de la semaine

cover-ci

Cover-PM