Le Real, battu par l'Ajax lors de ses deux dernières visites en C1 (1973 et 2005), a dominé mercredi à Santiago Bernabeu les joueurs d'Amsterdam, très timides et qui ont échappé à une véritable correction grâce à l'incroyable maladresse des attaquants madrilènes (2-0).

A croire que le Real Madrid de José Mourinho fait peur avant même de l'affronter: l'Ajax, qui s'est contenté d'attendre son adversaire sans prendre le moindre risque, ne se sera créé qu'une seule occasion, une frappe malicieuse d'Emanuelson qui a fini sur la barre de Casillas (77).

Pour le reste, le Real a nettement dominé la rencontre, rassuré par le manque d'ambition de l'équipe néerlandaise, vainqueur au Bernabeu 2-0 en 1995 (phase de groupes) et 1-0 en 1973 (demi-finale).

Tout n'est pourtant pas parfait au Real, loin de là.

Certes, le nouveau jouet de José Mourinho concède très peu d'occasions à ses adversaires et n'a toujours pas encaissé de but en trois matches officiels (deux en Liga, un en C1) mais il est vraiment trop tendre face au but.

Mourinho peut se réjouir d'avoir déjà mis en place un bloc très peu friable mais il a encore du travail pour transformer ses attaquants en buteurs.

Il n'a cessé de gesticuler, d'envoyer des coups de pied en l'air de dépit, en constatant la grande inefficacité de ses joueurs face au but.

Le Real, qui propose des phases de jeu séduisantes, sous l'impulsion du superbe toucher de balle d'Özil, a ouvert le score sur un but "accidentel" attribué à Anita contre son camp, alors que Higuain avait prolongé de la cuisse, après un corner cafouillé par la défense de l'Ajax (31).

Avant cela, l'Argentin, déjà malheureux face au but contre Osasuna en Liga (1-0), avait trouvé la barre (18).

Comme son compatriote, Di Maria a énormément gâché: indécis au moment de tirer et finalement contré (27) puis maladroit alors qu'il était tout seul face au gardien (33).

Cristiano Ronaldo a lui aussi été contaminé par la maladresse des Argentins: un face-à-face perdu (51) et beaucoup de frappes à côté.

Le nombre incroyable d'occasions ratées par les joueurs du Real amusait presque le public du Santiago-Bernabeu. Heureusement que le Real menait 1-0. Puis 2-0 finalement, Higuain ayant fini par retrouver ses yeux (73), tout seul face au but vide après une frappe violente d'Özil sur Stekelenburg.

sgi/nip